Fiche d’information – Rôle du navire de soutien interarmées de la classe Protecteur

Le navire de soutien interarmées de la classe Protecteur est indispensable pour l’avenir de la Marine royale canadienne (MRC) et constitue une ressource nationale essentielle et stratégique.

Il permettra au Canada de détenir une capacité de soutien naval moderne et adaptée à la tâche, et pourra fournir du soutien aux navires et aux aéronefs d’un groupe opérationnel naval en mer, un appui aux opérations à terre et une capacité de transport maritime permettant aux Forces armées canadiennes d’effectuer des opérations à l’échelle mondiale.  

Comme le précise la politique Protection, Sécurité, Engagement, le groupe opérationnel naval est le concept opérationnel au cœur de la MRC. Il est composé de quatre navires de combat de surface et d’un navire de soutien interarmées, et sera renforcé, si cela est justifié, par un sous‑marin.

La présence de navires ravitailleurs accroît le rayon d’action et l’autonomie d’un groupe opérationnel naval, lui permettant de rester longtemps en mer sans avoir à revenir au port. De plus, l’inclusion d’un navire de soutien interarmées dans un groupe (ou avec un navire individuel) accorde un pouvoir de décision souverain sur l’itinéraire, grâce à la suppression de l’obligation d’avoir du carburant à quai ou un soutien logistique pendant le déploiement vers une destination finale. De cette manière, ainsi qu’en raison des capacités uniques qu’ils apportent en tant que grands navires de guerre bien équipés, les navires de soutien interarmées sont des éléments habilitants des forces navales – c’est précisément pour cette raison qu’ils sont essentiels! Ils offriront à la MRC une capacité de manœuvrer partout dans le monde et une résistance qui rehausseront l’importance de notre participation avec les alliés, les partenaires et les nations amies – permettant à nos navires et à ceux des autres pays qui évoluent dans la coalition ou sous notre commandement de demeurer en mer pendant de longues périodes, pour ainsi dire partout dans le monde. 

Les NSI fourniront également d’autres fonctions essentielles comme les capacités médicales et dentaires avancées aux marins déployés qui sont malades ou blessés, ainsi que des services de maintenance à d’autres navires de guerre. Ils assumeront le contrôle intégral des opérations des hélicoptères et pourront transporter deux hélicoptères CH-148 Cyclone. Ils pourront aussi transporter des charges conteneurisées comme des fournitures de secours aux sinistrés ou des postes de commandement portables, offrant ainsi une souplesse à la mission.

Les navires de soutien interarmées seront munis de technologies de communications, de radars et de surveillance qui répondent aux normes de l’OTAN. Ce sera essentiel pour les opérations au sein d’un groupe de tâches et pour notre capacité à opérer avec les autres navires des alliés; avec les NSI, le Canada sera en mesure de mener des opérations internationales et multinationales.  

Les navires construits à des fins militaires comme les navires de soutien interarmées constituent la meilleure protection pour nos marins. Les conceptions militaires intègrent les aspects du contrôle des avaries, de même que les mesures de prévention des menaces liées aux torpilles, aux mines ou aux missiles. Les navires de soutien interarmées compteront également un équipage composé de membres des Forces armées canadiennes et ils respecteront les exigences opérationnelles de la Marine royale canadienne dans le cadre de ce rôle. 

La question de la surviabilité est particulièrement importante puisque la MRC doit détenir la capacité de maintenir une présence constante dans les secteurs à menaces élevées si la sécurité des Canadiens et des Canadiennes l’exige.

Pour cette raison, les navires de soutien interarmées seront munis de systèmes de détection et de protection contre les menaces chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires. Ils possèderont des capacités d’autodéfense, notamment un système de gestion de combat, des systèmes de postes de tir navals télécommandés, des systèmes d’arme de combat rapproché, des mitrailleuses lourdes, des capacités de surveillance (radar de surveillance aérienne 3D), des réseaux de liaison de données tactiques et un ensemble de guerre électronique.

Les navires de soutien interarmées de la classe Protecteur et les navires de combat de surface canadiens formeront ensemble le cœur de la flotte future de la Marine royale canadienne.