Quelle est la raison d'être du service commémoratif de la bataille de l'Atlantique ?

Galerie d'images

L'ENCRE - avril 2017 / Le 31 mai 2017

Par le Ltv David Lewis, NCSM Prevost

L'immigration des Ukrainiens au Canada était principalement agricole, et les vagues de pionniers se sont concentrées dans les provinces des Prairies. Philemon et Christina Leskiw, provenaient tous deux de l'Ukraine, et ils se sont établis à Saskatoon. La Grande dépression a fortement secoué la région, et la population de Saskatoon et d'autres régions urbaines a fortement augmenté puisque les personnes se cherchaient du travail.

Leur fils, le jeune Anthony (Tony) Leskiw était témoin des difficultés et il était déterminé à les surmonter. Ayant hérité de l'éthique de travail rigoureuse de ses parents, il travaillait déjà comme apprenti imprimeur dès l'âge de 17 ans. Lorsque les heures sombres de la guerre ont touché le Canada, il a commencé à observer la présence d'autres jeunes hommes en uniforme. Comme tous les jeunes gens, ils rêvaient de voir le monde. Il n'avait jamais quitté la Saskatchewan et était toujours resté aux environs de Saskatoon. Par conséquent, l'affiche de la Réserve de la Marine royale du Canada (MRC) dans la fenêtre d'un commerçant a immédiatement attiré son regard.

Le temps était pluvieux à la gare du chemin de fer Canadien Pacifique lorsque Philemon et Christina ont dit au revoir à leur fils. Un baiser à sa mère qui avait les larmes aux yeux, une solide poignée de main à son père, et Tony est monté à bord du train. Pendant des jours, le train a avancé en vrombissant le long de nouveaux et excitants paysages. Le mal du pays était délogé par l'anticipation des prochaines aventures.

Le temps passé à Cornwallis était difficile, mais c'était censé l'être. Tony le savait. Ce sont les nouvelles amitiés qui lui ont permis de surmonter ces moments difficiles. L'entrainement était maintenant chose du passé, et Halifax était une ville excitante, beaucoup plus que Saskatoon. Tony était fier d'être marin, un homme, plutôt qu'un garçon de Saskatoon. Chaque jour, il observait les navires de guerre de la MRC et les douzaines de navires marchands dans le bassin de Bedford, pendant que les convois étaient regroupés. Il avait hâte de connaître son affectation.

Lorsqu'il a reçu ses ordres, Tony était heureux d'apprendre qu'il avait obtenu une affectation à titre d'artilleur antiaérien de la MRC sur le navire marchand SS Whitford Point. La MRC escortait les convois et affectait également des artilleurs de la Marine sur les grands navires marchands afin de manier l'artillerie provisoire.

Le jour s'est levé. À partir du pont du SS Whitford Point, Tony pouvait voir les navires qui commençaient à se déplacer. Les sirènes ont retenti. Des navires de toutes tailles et de nombreux drapeaux ont quitté la base et trouvé leur poste en se déplaçant vers les eaux libres. Tony observait les petites corvettes de la MRC se déplacer comme des bergers surveillant leurs troupeaux. Il rêvait de se trouver un jour sur une corvette. Pour le moment, il était fier de manier son arme. C'était son premier convoi, sa première tâche.

Que penseraient ses amis de Saskatoon lorsque, dans seulement une semaine, il leur enverrait une carte postale de l'Angleterre. Il achèterait à sa mère une écharpe en soie et peut-être du tabac à pipe pour son père. Il les imaginait recevoir son colis provenant de l'Angleterre.

Les marchands ont bien traité Tony et les autres jeunes marins. Il s'est amusé avec eux, et la nourriture était bonne. Le mal de mer ne semblait pas le toucher outre mesure.

L'éclair de l'explosion était aveuglant et le son assourdissant. La torpille de l'U47 avait parcouru le convoi et frappé directement le SS Whitford Point. Le navire et sa cargaison, près de 8 000 tonnes d'acier, n'ont eu aucune chance. Le navire a coulé au bord de l'Atlantique Nord.

En raison de la sécurité et des communications en temps de guerre, il aura fallu presque une semaine avant que le garçon chargé des télégrammes dépose sa bicyclette contre la clôture de la maison de Saskatoon et frappe à la porte.

L'histoire de Tony constitue une seule de plus de 2 000 histoires individuelles. Nous ne connaîtrons jamais la plupart de ces histoires. Le service commémoratif de la Bataille de l'Atlantique au Navire canadien de Sa Majesté Prevost à London sert de rappel. Un rappel du service et des sacrifices, mais également de la victoire ultime.