Mot de la commodore

L'ENCRE - avril 2017 / Le 31 mai 2017

Par la Cmdre Marta Mulkins, commandant de la Réserve navale

Les six derniers mois ont été exceptionnels au niveau de la vitesse des changements ayant cours dans l'ensemble de la Marine royale canadienne (MRC), plus particulièrement au sein de la Réserve. Le processus de transformation a pris de la vitesse et touche tous les aspects de l'institution, de la révision de l'effectif de haut niveau, qu'on achèvera à la fin du printemps 2017, à la réforme des procédures de recrutement, qui nous a permis d'atteindre le taux d'enrôlement se rapprochant le plus de l'objectif établi en la matière depuis des années, en passant par le renouvellement de l'image projetée par les divisions de la Réserve navale (DRN) au sein de leur collectivité afin qu'elle reflète davantage le rôle de visionnaire que nous jouons au sein de la flotte et de la MRC de l'avenir. Bien que de tels changements soient quelquefois difficiles à communiquer et à gérer dans une organisation comprenant un nombre important de militaires servant à temps partiel, vous avez su relever le défi avec brio. Votre adoption des nouvelles possibilités, de même que votre volonté d'innover et de faire office de guide dans cette période de changement sont les traits distinctifs d'un professionnalisme remarquable. Merci.

Parmi les initiatives internes lancées au cours de la dernière année, le groupe de travail sur l'étude sur la rétention m'a récemment permis de jeter un coup d'œil sur leurs conclusions et elles sont intrigantes ! Je me permets de leur couper l'herbe sous le pied et de vous faire part de quelques points à considérer : un tiers des départs de la Réserve navale (RESNAV) survient dans les années deux premières années, et près des deux tiers avant la période de cinq ans. Ce sont les grades de matelot de 3e classe, de matelot de 1re classe et de lieutenant de vaisseau qui ont connu le plus grand nombre de départs mais cela dit, bon nombre d'entre eux constituaient des transferts de catégorie de service. De plus, il existe de toute évidence des liens entre l'aptitude, l'éducation et la rétention qui peuvent accroître nos processus de recrutement. Il nous est également requis que l'instruction fournie soit de la plus haute qualité, d'entrée de jeu, afin de mettre nos talentueuses recrues au défi et susciter leur intérêt. Heureusement, les responsables du système d'instruction navale travaillent d'arrache-pied en vue de progresser vers l'atteinte de cet objectif avec toujours plus de souplesse. L'étude indique également que, parmi les raisons incitant les militaires à conserver leur emploi, le désir de servir son pays surclassait constamment le montant de leur solde et les avantages sociaux dont ils bénéficient, bien que ces éléments revêtent également une importance sur le plan du maintien en poste. L'incompatibilité existant entre les carrières civiles, les exigences familiales et les exigences liées à une carrière de réserviste est l'une des causes les plus importantes de l'attrition. D'un autre côté, un degré élevé de satisfaction au travail et la fierté ressentie à l'égard du niveau de préparation au combat sont des facteurs importants dans le maintien en poste des militaires. Ça me paraît exact.

Les observations à propos de la satisfaction ressentie à l'égard de l'emploi m'ont particulièrement amené à réfléchir. L'étude mentionne que la transition vers le rôle de renforcement ciblé pourrait nous faire revenir à une ère révolue où la Réserve navale ne contribuait pas à l'institution comme elle fait aujourd'hui, et comme elle le fera à l'avenir. Fait encourageant, les résultats de l'étude indiquent que la plupart des répondants croient que l'intégration des réservistes à bord de tous les navires de surface se déroule très bien. En fait, elle ne cessera de s'améliorer dans les années à venir. Comme nous offrons l'excellence opérationnelle depuis deux décennies à la flotte de navires de la classe Kingston, je crois fermement que nous sommes des partenaires égaux au sein de la « Marine unique », en partie parce que nous recrutons, formons et administrons les mêmes normes que nos homologues de la Force régulière. En tant que chef institutionnel ayant commencé sa carrière avant la création de la classe Kingston, et ayant navigué à bord de bâtiments que nous désignions à l'époque sous le nom de « navires de la Force régulière », je demeure fermement convaincu qu'il faut veiller à la mise en place de la structure qui assurera la réussite de tous les marins, en dépit des voies de carrière légèrement différentes (habituellement plus restreintes) qu'ils empruntent au sein de leur groupe professionnel respectif. » Nous devons toujours veiller à ce que les réservistes puissent se joindre et travailler avec leurs collègues de la Marine unique avec confiance sur chaque plateforme qu'ils naviguent ou dans n'importe quel travail qu'ils effectuent - notre succès futur en tant qu'institution en dépend.

Le fait de penser au début de ma carrière me rappelle l'une des premières personnes que j'ai rencontrées sur la côte, soit le premier maître de 1re classe (PM 1) David Arsenault, notre premier maître de la Réserve navale. Je le connais depuis presque aussi longtemps que le nombre d'années que j'ai passées au sein de la Marine.Le fait de collaborer avec lui dans le cadre de nos fonctions actuelles a donc constitué pour moi une expérience singulière et particulière. Il fait preuve d'un grand professionnalisme depuis le début de sa carrière et, au cours des dernières années, j'ai particulièrement apprécié ses conseils avisés, son extraordinaire mémoire institutionnelle, son dévouement et, il faut bien le dire, sa persistance. En plus d'être attentionné et efficace, David est doté d'un grand esprit pratique. Je suis d'avis qu'il est un modèle exceptionnel que l'ensemble des chefs institutionnels en devenir devraient suivre. Au cours des prochaines semaines, il aidera son très digne successeur, le PM 1 Mike Giguère, à se préparer en vue de relever les défis qui l'attendent. Même si les défis prestigieux auxquels le PM 1 Arsenault s'attaquera par la suite n'ont pas encore été confirmés, je suis convaincue que ses talents continueront d'être mis à profit d'excellente manière au sein des FAC. Je tiens à remercier Dave pour les excellents services qu'il a rendus à la Réserve navale et à la MRC !