Je vais promener le chien ! : Mes excursions avec SONAR

L'ENCRE - avril 2017 / Le 31 mai 2017

Par l'Ens 1 Susannah Anderson, NCSM Brunswicker

C'est un samedi occupé au centre-ville de Saint John alors que je guide notre mascotte SONAR au travers d'une foule d'enfants impatients. Excités, ils nous bombardent de questions. Puisque SONAR ne peut que japper, je réponds frénétiquement aux questions sur la personnalité, les habitudes alimentaires et l'histoire de SONAR. C'est juste un samedi comme les autres pour « l'aide de camp » de la mascotte de la Marine royale canadienne.

Recruté dans la Marine royale canadienne en 2010, SONAR est un grand Terre-Neuve noir, un chien connu pour ses traits de vigilance et de fidélité, des qualités incarnées par la Marine royale canadienne. Le nom de SONAR nous rappelle la fière histoire de la lutte anti-sous-marins de la Marine royale canadienne. Il prend vie lorsqu'un marin enfile le costume tout poilu de chien noir revêtu d'un maillot jaune brillant avec une ancre symbolisant la Marine. Convaincre les marins de porter le costume a été un test pour mes talents de persuasion. Même la tête est intimidante, occupant presque toute la surface de la table dans mon bureau. Les réservistes de la Marine s'entraînent pour diverses professions, mais devenir mascotte est plutôt inusité pour les marins du Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Brunswicker. « Le costume est étrange au début, mais on s'y habitue rapidement », explique le matelot-chef Arongaus, premier SONAR du NCSM Brunswicker. « Mais ça en vaut la peine quand on voit les yeux des enfants s'illuminer quand ils nous voient ! »

La température en septembre au Nouveau-Brunswick peut être aussi chaude que froide. S'appuyant sur l'expertise des marins qui ont l'expérience des opérations par temps chaud au large de la côte de l'Afrique, nous avons acheté un « gilet de refroidissement » pour porter sous le costume. Notre première activité a été une promenade de charité à 30 ºC. La veste a connu un succès retentissant, protégeant le marin dans le costume contre toute surchauffe alors que nous marchions et parlions avec les enfants. L'activité suivante « Touche un camion ! » à Saint John s'est déroulée sur un quai venteux. La combinaison de refroidissement n'était pas nécessaire, mais la sangle de menton qui empêchait la grosse tête de s'envoler a été bien appréciée. Au cours de plusieurs activités, j'ai appris à être les yeux et les pieds de SONAR, le guidant dans les rues pavées et à monter à bord des bateaux. J'ai aussi appris à ne pas faire marcher SONAR dans son costume, pour aller aux toilettes : une promenade de 5 minutes peut en effet vite se transformer en une demi-heure d'étreintes d'enfants qui empêchent un marin de plus en plus frénétique d'aller à la salle de bains.

J'ai appris beaucoup de mon expérience, mais la meilleure leçon que j'ai vécu a été de constater comment un marin dans un costume de fourrure peut apporter des cris de joie aux enfants et permettre de commencer une conversation sur la Marine royale canadienne dans des endroits qui voient rarement des navires de guerre. À chaque fois que je commence à me sentir fatiguée, lorsque je charge le costume dans la camionnette pour une autre activité, je pense aux aspirants de l'Académie Navale des États-Unis qui sont responsables de leur mascotte Bill, une vraie chèvre bien vivante tout en poil et en chaire.