Progrès dans la construction des NPEA

Galerie d'images

La Vigie - Printemps 2017 / Le 26 avril 2017

Par Darlene Blakeley

Trois mégablocs du plus récent navire de la Marine royale canadienne sont en cours d’assemblage au chantier naval d’Halifax.

Les Chantiers maritimes Irving utilisent une approche de construction progressive pour les nouveaux navires de patrouille extracôtier et de l’Arctique (NPEA). Les 63 unités plus petites du début deviennent 21 plus gros blocs, qui deviennent ensuite trois mégablocs.

Le projet de navire de patrouille extracôtier et de l’Arctique produira six navires capables de résister aux glaces qui formeront la classe de navires Harry DeWolf, en l’honneur du vice-amiral Harry DeWolf, un héros de guerre de la Marine canadienne.

« Le programme de navire de patrouille extracôtier et de l’Arctique en cours au chantier naval de Halifax progresse très bien », commente Sean Lewis, directeur des communications chez Irving. « Actuellement, les deux premiers NPEA, le futur NCSM Harry DeWolf et le futur NCSM Margaret Brooke, sont en chantier. »

La construction du Harry DeWolf a commencé en septembre 2015. Son mégabloc central est maintenant entièrement assemblé, et les mégablocs de la proue et de la poupe sont en pleine production. Cet été, les mégablocs du centre et de la poupe seront déplacés à l’extérieur, au niveau du sol, au chantier naval d’Halifax pour les y assembler et ajouter tout autre équipement requis.

La construction du Margaret Brooke a commencé en août 2016.

« Comme prévu, nous réalisons déjà des économies avec le deuxième NPEA, ajoute M. Lewis. Cette tendance se poursuivra navire après navire, au fur et à mesure que notre main-d’œuvre et nos fournisseurs acquièrent de l’expérience dans la construction de cette classe de navire. »

La construction du troisième NPEA, le Max Bernays, sera entreprise plus tard cette année.

Les nouveaux NPEA seront aptes à mener des opérations de surveillance armée en mer dans les eaux canadiennes, y compris dans l’Arctique; ils fourniront au gouvernement une connaissance de la situation des activités dans ces régions en collaboration avec des partenaires dans les Forces armées canadiennes, et pourront travailler en partenariat avec d’autres ministères du gouvernement pour faire respecter la souveraineté canadienne lorsque le besoin s’en fait sentir.