La Réserve navale progresse vers un rôle stratégique

Galerie d'images

La Vigie - Hiver 2017 / Le 1 février 2017

Par Darlene Blakeley

La Réserve navale évolue afin de jouer un rôle moderne et stratégique axé sur l’augmentation de la composante régulière des Forces armées canadiennes (FAC). Une partie intégrante de ce processus comprend la possibilité pour les réservistes occupant des postes en service de classe C à plein temps, ou qui ont occupé de tels postes au cours des cinq dernières années de passer plus facilement à la Force régulière.

Selon les directives du chef d’état-major de la Défense (CEMD), la composante de la Réserve des FAC devrait être essentiellement composée d’effectifs à temps partiel, et la vision du commandant de la Marine royale canadienne (MRC) à propos de la Réserve navale selon laquelle tous les officiers du grade de capitaine de corvette ou un grade inférieur et tous les militaires du rang du grade de maître de 1re classe ou de grade inférieur qui occupent ou ont occupé au cours des cinq dernières années un poste en service de classe C seront invités à faire un transfert de catégorie de service (TCS) vers la Force régulière.

« Ces transferts de catégorie de service se feront pendant les prochains mois », explique le capitaine de corvette Victoria DeVita, du Groupe du personnel et de l’instruction de la Marine au Quartier général de la Défense nationale à Ottawa. « Lorsque la transition sera terminée, d’autres transferts auront lieu dans le cadre du processus normal des FAC, dans l’espoir que le processus soit facilité. »

À la MRC, la volonté d’assumer un rôle stratégique accru est toujours le motif de la modernisation de l’examen structurel de la Réserve navale. Parallèlement, on procède aussi au changement du modèle d’équipage pour les navires de défense côtière de la classe Kingston.

Depuis la mise en service de cette classe de navires en 1995, la Réserve navale est chargée de constituer les équipages de ces navires, entraînant la création d’un cadre de réservistes de classe C à temps plein qui, pendant de nombreuses années, a répondu aux besoins en membres d’équipage. Cependant, à long terme, ce modèle de mise sur pied de la force n’est pas viable.

L’objectif immédiat consiste à passer au modèle d’équipage actuel de façon aussi rapide et simple que possible, afin que d’ici 2019, les équipages des navires de la classe Kingston soient essentiellement composés de membres de la Force régulière et que le personnel de la Réserve navale fournisse des renforts dans l’ensemble de la flotte de surface de la MRC à raison de cinq pour cent par unité.

De plus, les réservistes pourront participer à des missions internationales au sein de la nouvelle Équipe de sécurité navale. L'équipe se composera principalement de réservistes navals et comprendra une équipe de commandement à temps plein, qui veillera à ce que le personnel et l'équipement soient prêts pour les déploiements. Les tâches de cette équipe incluent la protection de la force dans les ports, la liaison avec le pays hôte, en plus des besoins en matière de soutien et de renseignement dans les ports à l'étranger.

Parmi les avantages pour la Réserve navale, un rôle déterminant dans les renforts de la Force régulière. Par conséquent, l’instruction liée à tous les postes a été harmonisée à celle de la Force régulière dans la mesure du possible, et de nouvelles politiques sont implantées afin que des réservistes soient à bord de tous les navires qui participent à un déploiement en mer.

Auparavant, on demandait à la Réserve navale de fournir l’équipage de 10 navires, chose impossible à moins d’avoir du personnel à temps plein. Cette exigence a été remplacée par des engagements gérables à court terme sur toutes les plateformes et dans les diverses unités déployables de toute la flotte de surface. Le processus de TCS a été modernisé et simplifié pour tenir compte de l’instruction et des obligations des réservistes lorsqu’ils décideront de passer au service à temps plein dans la Force régulière, le cas échéant.

Processus d’enrôlement accéléré

L’avènement de la simplification du TCS met en lumière la nécessité d’apporter des changements au processus de recrutement de la Réserve navale. De tels changements permettraient aux futures recrues de s’enrôler plus rapidement grâce à la réduction des délais de traitement. L’objectif général est de pouvoir procéder à l’enrôlement dans la Réserve navale en trois semaines.

« Le processus d’enrôlement accéléré vise à conserver l’enthousiasme du postulant et à offrir l’instruction plus rapidement, explique le Capc DeVita. Pour diverses raisons justifiables, le processus actuel peut durer plusieurs mois. Par conséquent, le recrutement est difficile et force les candidats à explorer d’autres possibilités d’emploi. »

Elle ajoute qu’un processus de recrutement rapide et efficace est essentiel actuellement, puisque la Réserve navale augmente activement son effectif, conformément aux directives du CEMD et du commandant de la MRC.

Ainsi, les personnes intéressées à se joindre à la Réserve navale pourraient s’inscrire dans le cadre d’un processus d’enrôlement accéléré aux exigences de base simplifiées. Après l’enrôlement, d’autres processus permettront de déterminer les postes les mieux adaptés et de commencer l’instruction.

« Par exemple, indique le Capc DeVita, un marin pourra s’enrôler en procédant à une vérification approfondie de la fiabilité – un processus assez rapide – et être assujetti à un contrôle complet de sécurité par la suite afin d’occuper son poste après l’enrôlement. »

Bien que le Capc DeVita reconnaisse que le recrutement accéléré comprend certains risques, notamment le rejet de certains candidats après l’enrôlement pour des raisons médicales, elle affirme que d’autres travaux visent actuellement à trouver des solutions et à gérer les difficultés.

« Nous espérons que ces nouvelles initiatives permettront d’améliorer la capacité de la MRC, tout en respectant les priorités de la flotte d’aujourd’hui et en se préparant pour la flotte de l’avenir. »