Actualité de votre marine - février 2021

Actualité de votre marine

« Actualité de votre Marine » est un bulletin mensuel qui comprend des articles sur les opérations en cours de la Marine royale canadienne, sur nos marins et les héros de la Marine, sur les équipements et les technologies récents, ainsi que les meilleures photos et vidéos. Cliquez ici pour vous abonner à notre liste de diffusion électronique.


Le points sur les opérations

Membres du service pont du NCSM Halifax dans les fjords de la Norvège

MDN

Membres du service pont du NCSM Halifax dans les fjords de la Norvège le 10 février, alors qu’ils étaient déployés dans le cadre de l’Op REASSURANCE.

Le NCSM Halifax poursuit sa rotation en tant que navire amiral du 1er Groupe maritime permanent de l’OTAN

Le navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Halifax poursuit sa rotation en tant que navire amiral du 1er Groupe maritime permanent de l’OTAN (SNMG1) pendant qu’il prend part à l’Op REASSURANCE.

Halifax s’entraîne et améliore ses capacités en réalisant des scénarios de la « Guerre du mercredi » chaque semaine. Ces scénarios sont menés par un petit groupe de marins qui mettent à l’épreuve tout l’équipage du navire avec une série d’interventions d’urgence ou de guerre.

En plus de l’entraînement que mène Halifax, le SNMG1 a participé à plusieurs séries avec la marine allemande le mois dernier.

« Les navires multinationaux qui composent le SNMG1, y compris leurs ressources aériennes embarquées, ont un programme intensif comprenant des patrouilles opérationnelles et des exercices d’entraînement prévus avec divers alliés et partenaires de l’OTAN dans notre zone d’opérations désignée », a déclaré le commodore (cmdre) Bradley Peats, commandant du SNMG1.

La tenue de fréquentes interactions militaires et d’activités d’instruction de haute intensité entre les forces navales accroît la connaissance et la familiarité communes des plateformes, des capacités, des tactiques, des techniques et des procédures maritimes de l’autre.

Le NCSM Halifax devrait poursuivre sa rotation pendant quatre mois de plus dans le cadre de l’Op REASSURANCE.

Le NCSM Victoria, le NCSM Saskatoon, le NCSM Regina et un hélicoptère Cyclone de l’ARC en mer

MDN

Le NCSM Victoria, le NCSM Saskatoon, le NCSM Regina et un hélicoptère Cyclone de l’ARC en mer lors de l’exercice de groupe opérationnel 21-01, le 10 février.

TGEX 21-01 se termine et le NCSM Calgary part pour les Op ARTEMIS et PROJECTION Asie-Pacifique

Le TGEX 21-01 s’est terminé le 19 février et a connu un énorme succès. L’exercice a permis au NCSM Victoria de reprendre la mer et de terminer son instruction de base de préparation à la navigation pour un seul sous-marin, ce qui signale son retour à la préparation à la navigation normale après avoir été en préparation à la navigation prolongée depuis septembre 2020. Le TGEX comprenait des exercices de guerre anti-aérienne qui ont impliqué des drones Vindicator, au cours desquels les NCSM Regina et Calgary ont tiré au total quatre missiles Sea Sparrow évolués (ESSM). L’engagement a également accru l’interopérabilité de la Marine royale du Canada (MRC) avec ses partenaires et amis de la U.S. Coast Guard et de l’Aviation royale canadienne (ARC).

Le NCSM Calgary, accompagné de son hélicoptère Cyclone et de l’équipe d’arraisonnement intégrée du Groupe des opérations tactiques navales, a participé à l’Op PROJECTION Asie‑Pacifique et se rend dans l’océan Indien et la mer d’Oman pour participer à l’Op ARTEMIS dans le cadre de la Force opérationnelle multinationale 150, actuellement sous le commandement du cmdre Dan Charlebois.

Le commodore Angus Topshee s’adresse aux marins du NCSM Saskatoon

MDN

Le commodore Angus Topshee s’adresse aux marins du NCSM Saskatoon avant leur départ d'Esquimalt dans le cadre de l’Opération CARIBBE, le 18 février.

Les NCSM Saskatoon et Brandon partent pour l’Op CARIBBE

Les NCSM Saskatoon et Brandon ont quitté le port d’Esquimalt, en Colombie‑Britannique, le 18 février pour participer aux opérations multinationales de lutte contre les stupéfiants dans la mer des Caraïbes et dans l’est de l’océan Pacifique, appelées Op CARIBBE.

Depuis 2006, les Forces armées canadiennes (FAC) mènent l’Op CARIBBE avec des déploiements successifs de navires de la MRC et d’aéronefs de l’ARC. Le NCSM Moncton a été déployé dans le cadre de l’Op CARIBBE à la fin de janvier et devrait revenir au Canada à la mi-mars, ce qui signifie que la MRC dispose maintenant de trois navires qui appuient cette importante opération antidrogue avec nos partenaires internationaux.

Au cours des quatorze dernières années, les FAC ont contribué à la perturbation ou à la saisie d’environ 105 tonnes de cocaïne et de plus de 6 725 tonnes de marijuana.

Aurore boréale au-dessus du NCSM Harry DeWolf

MDN

Aurore boréale au-dessus du NCSM Harry DeWolf lors d’essais dans le froid et la glace près de la baie Frobisher, Nunavut, le 21 février.

Le NCSM Harry DeWolf mène des essais par temps froid

Ce mois-ci, le NCSM Harry DeWolf a effectué des essais par temps froid et dans les glaces près de la baie Frobisher, au Nunavut, marquant la première fois que le nouveau navire de patrouille extracôtier et de l’Arctique (NPEA) a eu l’occasion de naviguer dans les glaces depuis sa livraison à la MRC.

Héros canadiens de la Marine

Bernice McIntyre

MDN

Bernice McIntyre

Bernice McIntyre : De wren en temps de guerre à la marine régulière

Bernice McIntyre est née le 8 août 1921 à Dauphin, au Manitoba. Sa mère est morte quand Bernice avait 17 ans et son père a vendu la ferme un an plus tard. Il a épousé sa belle-sœur veuve et a pris soin de ses quatre enfants.

Quand elle était plus âgée, Bernice a commencé une école de commerce à Dauphin. Comme il lui en coûtait 10 $ par mois pour suivre le cours, elle a travaillé pour le propriétaire d’un salon de coiffure, prenant soin de la mère âgée du propriétaire et faisant la lessive de l’entreprise pour gagner l’argent dont elle avait besoin.

Dauphin avait une base aérienne à proximité, une école de pilotage et une école de tir. Bernice et un ami ont prévu de s’engager dans la Force aérienne. Elle avait du mal à payer les frais de scolarité pour l’université, et quand elle a demandé à son père s’il lui donnait 5 $ par mois pour l’aider, sa belle-mère a refusé.

Elle a dû quitter l’université et a commencé à travailler dans un salon de thé. Un jour, un ami est venu lui dire que la Marine recrutait des femmes. Bernice, qui était alors serveuse en chef, a demandé une heure de congé à son patron et est allée poser sa candidature. Elle craignait de ne pas être acceptée parce qu’elle n’avait pas terminé son cours en administration des affaires et qu’elle n’avait terminé que la huitième année.

Une fois qu’elle est revenue au travail, la serveuse de nuit lui a demandé où elle était partie. Bernice lui a dit qu’elle allait présenter une demande à la Marine, et cette serveuse a demandé à Bernice de la remplacer pendant qu’elle se rendait là-bas pour présenter sa demande également. Bernice et Bessie McLaren ont toutes les deux signé sur la ligne pointillée le 14 octobre 1942 et on leur a dit qu’elles recevraient d’autres instructions par la poste.

À l’approche de son 100e anniversaire, partagez les souvenirs de Bernice au cours de sa vie au service des Wrens, de la Réserve navale et de la marine régulière.

Amiral Percy Nelles

MDN

Amiral Percy Nelles

L’amiral Percy Nelles transforme la MRC pendant la Seconde Guerre mondiale

En 1939, l’Amiral Percy Nelles est confronté au plus grand défi de sa carrière dans la MRC.

Au début de la Seconde Guerre mondiale, la MRC ne compte que six destroyers, cinq dragueurs de mines et quelques navires auxiliaires. Son effectif total, permanent et de réserve, s’élève à un peu plus de 3 600 personnes.

Une marine minuscule, en toute comparaison, alors qu’elle allait croître en un temps remarquablement court pour atteindre une taille sans précédent.

Cela a été accompli en grande partie grâce à la clairvoyance de l’amiral Nelles.

Dans les années d’avant-guerre, il n’avait jamais perdu de vue ce qu’il croyait être le destin de la MRC. Lorsque la guerre a éclaté, les plans qu’il avait soigneusement mis au point et nourris sont devenus réalité.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, avec 95 000 marins, hommes et femmes, ainsi que 434 navires en service, y compris des croiseurs, des destroyers, des frégates, des corvettes et des navires auxiliaires, le Canada possédait l’une des plus grandes marines du monde.

En vedette dans ce numéro

Le sergent Phillip Safire

MDN

Le sergent Phillip Safire, arrière-arrière-arrière-neveu de William Hall, s’adresse aux personnes présentes pour la pose de la quille du NCSM William Hall.

Cérémonie de pose de la quille du futur NCSM William Hall

Le quatrième NPEA construit pour la MRC est maintenant en pleine production, et une Cérémonie de pose de la quille le 17 février marque une étape importante pour le futur NCSM William Hall.

Conformément aux directives de santé publique, notamment en ce qui concerne la distance physique et le port de masques, un petit groupe de marins, de constructeurs de navires et de membres de la collectivité se sont réunis au chantier naval d’Irving Shipbuilding à Halifax pour l’occasion, qui a eu l’importance supplémentaire de se dérouler pendant le Mois de l’histoire des Noirs.

Le maître William Hall, CV (1827-1904), fut le premier Noir et le premier Néo-Écossais à recevoir la Croix de Victoria (CV), et n’était que le troisième Canadien à recevoir l’honneur à cette époque. Ses actions héroïques en tant que membre à bord du navire de la Marine royale HMS Shannon au cours de la bataille de la ville de Lucknow, en Inde, en 1857, sont bien documentées et ont mené à sa sélection comme l’un des six héros de la Marine canadienne à servir de porte-noms pour la nouvelle classe de navires de la Marine.

Le portrait d’un artiste du nouveau navire de combat canadien.

MDN

Le portrait d’un artiste du nouveau navire de combat canadien.

Le navire de combat canadien offre une souplesse opérationnelle

La politique de défense du Canada, Protection, Sécurité, Engagement, s’est engagée à investir dans 15 navires de combat de surface canadiens (NCSC). Ces navires polyvalents constitueront l’épine dorsale de la puissance maritime de combat du Canada, en tant que pièce maîtresse de la future flotte de la MRC composée des NCSC, des navires de soutien interarmées (NSI) de la classe Protecteur, des sous-marins de la classe Victoria et des navires de patrouille extracôtiers et de l’Arctique de la classe Harry DeWolf.

Grâce à sa capacité de guerre avancée efficace et à sa polyvalence, le NCSC peut être déployé rapidement partout dans le monde, soit de façon indépendante, soit dans le cadre d’un groupe opérationnel naval canadien ou d’une coalition internationale. Il pourra se déployer pendant de nombreux mois à l’extérieur de son port d’attache, avec un besoin limité de réapprovisionnement lorsqu’il sera soutenu par un NSI.

Le Canada est un vaste pays, et la MRC a des responsabilités dans les trois océans qui bordent le pays.

Le commodore Dan Charlebois

MDN

Le commodore Dan Charlebois prend la parole lors de la cérémonie du changement de commandement de la 150e Force opérationnelle multinationale, qui s’est tenue le 27 janvier à Bahreïn.

Le Canada prend le commandement de la FOM 150

Cmdre Dan Charlebois, de la MRC au commandement de la Force opérationnelle multinationale 150 (FOM 150) du contre-amiral Sulieman Al Faqeeh de la Marine royale saoudienne. La cérémonie de la passation de commandement a eu lieu à la base navale d’appui, à Bahreïn.

La FOM 150 est une force opérationnelle navale qui mène des opérations de sécurité maritime et de lutte contre le terrorisme dans le cadre des Forces maritimes multinationales, une coalition multinationale de 33 pays. La zone d’opérations de la FOM 150 comprend le golfe d’Oman, la mer Rouge, le golfe d’Aden et l’océan Indien au large de la côte est de l’Afrique, qui s’étend sur plus de deux millions de milles carrés et comprend certaines des voies maritimes les plus achalandées au monde.

Pleins feux sur les marins

Lieutenant de vaisseau Denise Dickson

MDN

Lieutenant de vaisseau Denise Dickson

Voici le lieutenant de vaisseau Denise Dickson. Elle est officier du génie des systèmes de marine et a commencé sa carrière militaire presque par accident il y a près de deux décennies.

Matelot de 1re classe Eric Archambault

MDN

Matelot de 1re classe Eric Archambault

Le matelot de 1re classe Eric Archambault. Il maintient un équilibre sain entre le travail et la vie personnelle lorsqu’il est déployé en communiquant avec sa famille, en planifiant des activités pour ses compagnons de bord, en pratiquant le kickboxing et en méditant.

Côté social

Les vidéos du mois

Les photos du mois

Annonces spéciales

Défi vélo de la Marine virtuelle de Harry DeWolf

Es-tu prêt à rouler?

Défi vélo de la Marine est heureux de présenter l’événement virtuel 2021, le Défi Harry DeWolf. Préparez-vous à rouler à mesure que nous ciblons 30 000 randonnées à vélo cumulatives alors que nous préparons le cap pour le déploiement inaugural du NCSM Harry DeWolf dans les eaux arctiques et nord-américaines du Canada!

L’inscription est maintenant ouverte pour cet événement gratuit, qui se déroulera du 12 juin au 29 août. Ensemble, nous roulons. Ensemble, nous faisons des vagues.