Actualité de votre marine - novembre 2020

Actualité de votre marine

« Actualité de votre Marine » est un bulletin mensuel qui comprend des articles sur les opérations en cours de la Marine royale canadienne, sur nos marins et les héros de la Marine, sur les équipements et les technologies récents, ainsi que les meilleures photos et vidéos. Cliquez ici pour vous abonner à notre liste de diffusion électronique.


Le point sur les opérations

Le NCSM Winnipeg et le navire japonais Shimakaze

DND

Le NCSM Winnipeg et le navire japonais Shimakaze exécutent un passage d’adieu au terme d’un KAEDEX, le 17 novembre 2020.

Le NCSM Winnipeg reprend ses patrouilles dans le cadre de l’Op NEON avant de se joindre à l’Op PROJECTION en Asie Pacifique

Après sa participation, le 5 novembre 2020, à l’exercice KEEN SWORD avec la Force d’autodéfense japonaise et la Marine américaine, le Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Winnipeg a repris ses fonctions de surveillance visant à repérer les activités d’évasion suspectes, comme des transferts de bord à bord de carburant et d’autres produits, pour appuyer les sanctions imposées par l’Organisation des Nations Unies (ONU) à la Corée du Nord dans le cadre de l’opération NEON.

Un détachement de l’Aviation royale canadienne (ARC), dont faisait partie un aéronef de patrouille à long rayon d’action CP-140 Aurora, s’est joint au Winnipeg, ce qui a enrichi d’autant la contribution des Forces armées canadiennes (FAC) aux efforts de surveillance dans la région. Le Canada fait ce travail aux côtés d’autres pays, dont l’Australie, la France, le Japon, la Nouvelle-Zélande, le Royaume-Uni et les États-Unis.

Le 17 novembre, le Winnipeg et son hélicoptère CH-148 Cyclone embarqué ont mené un exercice, nommé KAEDEX, avec le navire japonais Shimakaze et son hélicoptère maritime, dont ont fait partie un appontage croisé, un entraînement supplémentaire aux opérations et un échange de cadeaux avant le passage d’adieu. Ce sont les Japonais qui ont proposé le nom KAEDEX en l’honneur de la participation du Canada, car « kaede » est le nom japonais de l’érable.

Le 18 novembre, le Winnipeg a terminé sa rotation des opérations de surveillance dans le cadre de l’Op NEON et a repris sa place dans l’Op PROJECTION Asie-Pacifique, y menant des d’opérations de présence navale avancée dans la région.

Le NCSM Winnipeg sera en Asie-Pacifique jusqu’en décembre.

Des membres du détachement aérien du NCSM Toronto

DND

Des membres du détachement aérien du NCSM Toronto prennent la pose devant l’hélicoptère CH-148 Cyclone du navire, après avoir effectué leur premier vol au-dessus du cercle arctique, le 19 novembre 2020.

Le NCSM Toronto prend part à un exercice de la Marine norvégienne avec le SNMG1 au cours de l’Op REASSURANCE

Le NCSM Toronto est présentement en déploiement avec le Groupe maritime permanent OTAN 1 (SNMG1) dans le cadre de l’Op REASSURANCE, qui fait partie des mesures d’assurance et de dissuasion de l’OTAN en Europe centrale et de l’Est.

Le 3 novembre, après deux semaines de repos et de maintenance à Portsmouth, en Angleterre, le Toronto a repris la mer pour entamer la deuxième moitié de son opération. Le 9 novembre, pendant son transit dans la mer du Nord, le Toronto a fait ses adieux au navire belge Leopold I qui s’est joint au SNMG1 à la fin de septembre.

Le 4 novembre, des membres de l’équipage qui faisaient leur première incursion dans l’Arctique ont été faits membres de la cour du roi Neptune, après avoir dû faire la preuve de leur détermination inébranlable et avoir eu leur baptême des eaux glacées de la mer de Norvège.

Du 16 au 27 novembre, le NCSM Toronto a pris part à l’exercice FLOTEX SILVER 20 de la Marine royale norvégienne, au large de la Norvège, au-dessus du cercle arctique.

L’exercice leur a présenté des occasions d’entraînement conçues pour mesurer une vaste gamme de compétences, y compris la guerre anti-sous-marine, dans des conditions difficiles. La démonstration et le maintien de l’efficacité opérationnelle des forces de l’OTAN sont une part importante de la valeur de dissuasion de l’OTAN et promeuvent la coopération et l’interopérabilité entre alliés.

Pendant l’exercice, le détachement aérien du Toronto a effectué son premier vol au-dessus du cercle arctique, à bord de l’hélicoptère CH-148 Cyclone, ce qui marque le franchissement d’un important jalon pour le parc de CH-148.

Un membre de la Marine royale canadienne lance un système d’aéronef sans pilote Puma

DND

Un membre de la Marine royale canadienne lance un système d’aéronef sans pilote Puma depuis le NCSM Summerside pendant l’opération CARIBBE, le 9 novembre 2020.

Le NCSM Summerside exécute des patrouilles de sécurité dans le cadre de l’Op CARIBBE

Le NCSM Summerside a été déployé pendant le mois de novembre à l’opération CARIBBE; il a pris part aux activités de détection et de surveillance dans le bassin des Caraïbes.

Le Summerside était chargé de trouver et de suivre des navires d’intérêt afin que les équipes d’observation de la loi de la Garde côtière américaine puissent les approcher et les intercepter.

L’objet de l’opération consistait à réprimer le trafic dans les eaux internationales. Au cours des quatorze dernières années, les FAC ont contribué à la perturbation du trafic de drogue et à la saisie de quelque 105 tonnes métriques de cocaïne et de plus de 6,7 tonnes de marijuana.

Le Summerside a conclu son déploiement et est rentré à Halifax au début de décembre.

Bataille de l’Atlantique

Gros plan du visage de Fern Blodgett Sunde

Gros plan du visage de Fern Blodgett Sunde – Monument de bronze nommé « Making Waves ».

Héroïne de la bataille de l’Atlantique : Fern Blodgett Sunde

En 1941, pendant la bataille de l’Atlantique, l’Amirauté a envoyé une lettre classifiée secret à la Mission de transport maritime norvégienne afin de lui exprimer sa gratitude pour les services exceptionnels rendus à la cause alliée par trois cargos norvégiens. Dans sa lettre, l’Amirauté félicitait les opérateurs radio des navires parce qu’ils avaient suivi « de manière exemplaire » les instructions sur les itinéraires et les déroutements qui visaient à maintenir les navires marchands hors de danger.

Le Mosdale, l’un des navires à faire l’objet de ces éloges, avait à son bord une opératrice radio tout à fait remarquable : Fern Blodgett, une jeune Canadienne, la première femme à servir en haute mer à titre d’opératrice de radio sans fil, qu’on appelait les « sparks ».

Mme Fern a passé son enfance à Cobourg, en Ontario, mais elle rêvait de prendre la mer, même si elle savait que les navires, à l’époque, n’étaient pas la place des filles. Lorsque la Deuxième Guerre mondiale a éclaté, elle était déjà déterminée à servir le Canada. Certaines écoles de radio étaient réticentes à entraîner des femmes, mais grâce à sa persévérance, Mme Fern est devenue la première Canadienne à obtenir la certification d’opératrice radio sans fil de deuxième classe.

le contre-amiral Leonard Murray présente des prix aux membres de l’équipage

DND

Le 29 juillet 1942, le contre-amiral Leonard Murray présente des prix aux membres de l’équipage du Navire canadien de Sa Majesté St. Croix, qui avait coulé un sous-marin U-90 ennemi plus tôt pendant le mois.

Le contre-amiral Leonard Murray : l’un des plus importants commandants canadiens du temps de guerre

« L’expérience m’a dicté ceci : pour découvrir de quoi vous êtes capable, il vous faut seulement l’occasion de tenter votre chance, et quelqu’un doit avoir assez de confiance en vous pour vous donner cette occasion. »

Le contre-amiral Leonard W. Murray, l’auteur de ces mots, a eu cette chance.

Issu d’un milieu modeste, il est devenu l’unique officier canadien à commander un théâtre de guerre pendant la Deuxième Guerre mondiale.

En vedette dans ce numéro

Un hélicoptère CH-149 Cormorant abaisse un technicien de recherche et de sauvetage

DND

Le 18 novembre, un hélicoptère CH-149 Cormorant abaisse un technicien de recherche et de sauvetage sur le pont du NCSM Harry DeWolf.

Le NCSM Harry DeWolf fait l’essai en mer de ses nouvelles capacités

Le NCSM Harry DeWolf a pris la mer sous le commandement de la MRC pour la première fois au début d’octobre 2020 et a fait depuis des sorties régulières, son équipage se livrant à l’instruction, à des essais et à des épreuves à bord du nouveau bâtiment.

Ce travail fait partie d’un processus normal d’essais progressifs du Harry DeWolf et de ses systèmes et, à mesure que ses marins acquièrent l’expérience de ce navire, le premier de sa classe, ils ont un impact immédiat sur les activités de la MRC, d’expliquer son commandant.

« ‘Essais et épreuves’ peut être une description restrictive. Le navire est en service naval depuis le 31 juillet 2020 », précise le capitaine de frégate (Capf) Corey Gleason, en rappelant la date officielle de livraison du Harry DeWolf au ministère de la Défense nationale, l’été dernier. Cette livraison a été suivie d’une période initiale de travail à quai, elle-même suivie de la sortie en mer.

Bien que les essais soient appelés à se poursuivre pendant les douze prochains mois, ils se dérouleront en parallèle avec des opérations navales, d’ajouter le Capf Gleason. Pendant la dernière sortie d’acquisition de compétences, à Terre-Neuve-et-Labrador, l’équipage du bâtiment a contribué à la connaissance canadienne du domaine maritime tout en gagnant en compétence sur la nouvelle plateforme.

« Nous assurons la souveraineté du Canada par notre présence dans ses eaux navigables. Quand nous rencontrions des aéronefs et des navires de surface, nous les identifiions, liions leurs renseignements diffusés à notre registre et comparions notre propre tableau de la situation du domaine maritime à celui de notre composante à terre du commandement maritime », explique-t-il, notant que le navire est aussi prêt à intervenir localement à titre de moyen de relève en recherche et sauvetage.

Pendant le reste de l’automne et cet hiver, le Harry DeWolf procédera à des essais en climat froid et en climat chaud tout en continuant de bâtir sa capacité opérationnelle – le navire travaillera avec des hélicoptères Cyclone et des systèmes aériens sans pilote Puma, mettra à l’épreuve son canon principal de 25 millimètres et continuera d’exploiter ses petites embarcations, entre autres essais. Au printemps, l’équipage prévoit procéder à son premier ravitaillement en mer, ce qui prouvera sa capacité de demeurer en mer pendant des mois.

##MCECOPY##Le NCSM Regina tire deux missiles surface-surface RGM-84 Harpoon

DND

Le NCSM Regina tire deux missiles surface-surface RGM-84 Harpoon pendant l’exercice RIMPAC 2020.

La MRC préserve ses navires de la COVID et les tient prêts à aider des Canadiens et à diriger des opérations

La MRC a tenu ses navires exempts de COVID tout en continuant de mener ses opérations au Canada et à l’étranger en introduisant de nouvelles procédures à bord des navires et dans les bases depuis le début de la pandémie.

Sa collaboration étroite avec les Services de santé des Forces canadiennes, les bureaux régionaux du Médecin général et les autorités de santé publique a joué un rôle important dans l’élaboration des politiques de la MRC sur la COVID et a facilité l’administration de tests de dépistage de la COVID afin que ses navires puissent prendre la mer.

Des routines de nettoyage enrichies, le souci de l’hygiène personnelle, la mise en quarantaine avant l’embarquement à bord d’un navire et les tests de dépistage de la COVID sont les principales mesures de précaution qui maintiennent une bulle exempte de COVID, ce qui permet de conserver une vie sociale normale à bord.

« Cette approche nous permet, en notre qualité de force maritime, et incluant nos hélicoptères CH-148 Cyclone, de conserver une disponibilité opérationnelle complète en vue des prochains besoins à se déclarer au Canada et à l’étranger », déclare le vice-amiral Art McDonald, commandant de la MRC.

Gros plan de la plaque de coffret à fusibles de laiton

Gros plan de la plaque de coffret à fusibles de laiton, dans un boîte spécialement créée par les techniciens maritimes de bord du NCSM Toronto.

Une plaque de coffret à fusibles récupérée près de l’épave du NCSM Regina, coulé pendant la guerre

Un petit morceau de l’histoire navale du Canada a récemment été récupéré près de l’épave du Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Regina (K234), coulé par un U‑boot allemand au large des côtes anglaises le 8 août 1944.

Un plongeur local a remonté un coffret à fusibles en laiton et l’a remis à la receveuse d’épaves du Royaume-Uni, qui est responsable de artefacts récupérés. La receveuse d’épaves cherche les propriétaires des éléments récupérés, collabore avec celui qui les a récupérés et avec leur propriétaire pour assurer le retour de ce matériel et avec d’autres intéressés, comme des archéologues et des musées.

Dans le cas présent, le coffret à fusibles en laiton, qui fait environ six pouces, a été remis à la MRC par l’entremise du Haut-Commissaire du Canada en Grande-Bretagne, à Londres.

Camilla Moore, la receveuse d’épaves, a présenté le coffret à fusibles au capitaine de frégate Jeff Dargavel, commandant du NCSM Toronto, le 29 octobre.

« Il est de mon devoir de tenter de restituer le matériel de l’épave à son propriétaire, et je suis ravie que nous ayons pu contribuer à la restitution de la plaque du NCSM Regina à la MRC », a déclaré Mme Moore. « C’est particulièrement poignant étant donné les circonstances de la perte du navire et l’importance de la bataille de l’Atlantique en cette année de son 75e anniversaire ».

Après que la plaque en laiton aura fait sa dernière traversée de l’Atlantique à bord du Toronto, qui reviendra à son port d’attache d’Halifax plus tard au cours de l’année, elle sera transférée là où il se doit à bord du NCSM Regina moderne en 2021.

 

Rapports spéciaux

Déclaration de l’amiral : « Nous devons procéder à un changement de culture pour combattre le racisme et promouvoir l’inclusion »

Compagnons de bord,

La MRC et les FAC se sont engagées à éliminer le racisme dans nos rangs et dans notre organisation. Éveillés par le récent tollé, qui dure encore, contre l’injustice raciale qui se répercute dans tout le Canada et dans le monde, nous avons été amenés à réfléchir aux lacunes de notre institution. Ce qui est clair, c’est que le racisme, l’antisémitisme, la misogynie et la discrimination existent dans nos rangs et dans notre organisation, malgré les efforts de nombre de ses membres pour les combattre. Nous devons tous reconnaître ce fait, l’envisager sans détour et nous engager à le corriger. Nous devons être inclusifs en créant un sentiment d’appartenance chez tous ceux et celles qui se joignent à notre Marine et qui y servent.

Ce n’est pas une mince tâche. Il faudra une mobilisation et chacun de nous devra en être. Il faudra que nous nous aidions les uns les autres alors que nous écouterons, apprendrons et agirons. Il faudra un changement culturel.

J’ai ordonné à la MRC, dans cette optique, de promouvoir le changement de culture institutionnelle au fil d’une série de prises de contact avec le leadership intermédiaire (c'est-à-dire des grades de matelot-chef à maître de 2e classe, et de lieutenant de vaisseau à capitaine de frégate). Ces prises de contact, qui serviront de complément à celles qui ont déjà eu lieu pour les dirigeants navals des grades de maître de 1re classe et de capitaine de vaisseau de même que les officiers généraux, ont pour objet de combattre le racisme et de promouvoir l’inclusion; elles auront eu lieu d’ici la fin de l’année civile. Elles permettront à cette importante cohorte de la direction d’entendre des témoignages de victimes et d’obtenir des orientations d’experts du domaine.

Chacun d’entre vous a un impact énorme sur notre culture et sur notre moral. Par vos gestes et par votre exemple, vous définissez ce que nous sommes, et ce n’est que grâce à vous que nous  pourrons nous améliorer et nous redresser! Vous pouvez aider à promouvoir le changement, qui, en fait, n’est pas possible sans vous. Aussi je vous demande de faire ceci : par votre leadership, votre appui et votre influence, collaborez avec nous pour faire de la MRC un meilleur milieu de travail et un meilleur foyer loin de chez eux pour tous nos marins.

Le message de présentation du premier maître du Commandement, et le mien, pour ces importantes séances, est accessible aux adresses suivantes :

Dans la MRC, nous devons nous protéger les uns les autres et, ensemble, forger un milieu de travail divers et inclusif. Nous devons combattre le racisme, l’antisémitisme, la misogynie et la discrimination. Nous devons écouter, apprendre et agir.

Nous devons instaurer le changement de culture. Avec ces prises de conscience, vous pourrez devenir un moteur de ce changement.

Cordialement,

Vice-amiral Art McDonald
Commandant de la MRC

Pleins feux sur les marins

Maître de 2e classe Sara Harris

DND

Maître de 2e classe Sara Harris

Voici le maître de 2e classe Sara Harris. Superviseure des services financiers à bord du NCSM Winnipeg, elle a expliqué pourquoi il est important à ses yeux de souligner le jour du Souvenir.

Matelot de 3e classe Kilian Soch

DND

Matelot de 3e classe Kilian Soch

Voici le matelot de 3e classe Kilian Soch. Il est manœuvrier à bord du NCSM Winnipeg, présentement en déploiement dans le cadre de l’opération PROJECTION Asie-Pacifique.

« Je me suis enrôlé dans la MRC parce que j’ai toujours voulu faire partie de quelque chose de plus grand que moi, servir le Canada et protéger mes amis et ma famille », d’expliquer le Mat 3 Soch.

Côté social

Les vidéos du mois

Les photos du mois