Actualité de votre marine - octobre 2020

Actualité de votre marine

« Actualité de votre Marine » est un bulletin mensuel qui comprend des articles sur les opérations en cours de la Marine royale canadienne, sur nos marins et les héros de la Marine, sur les équipements et les technologies récents, ainsi que les meilleures photos et vidéos. Cliquez ici pour vous abonner à notre liste de diffusion électronique.


Le point sur les opérations

NCSM Winnipeg

MDN

Des membres du NCSM Winnipeg en place repos lors du départ de Sasebo, au Japon, au cours de l’Op NEON le 8 octobre 2020.

Le NCSM Winnipeg poursuit son déploiement en Asie Pacifique

Le Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Winnipeg était déployé pour appuyer l’opération NEON à titre de contribution du Canada à un effort multinational coordonné d’appui aux sanctions imposées à la Corée du Nord par le Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations Unies.

Le Winnipeg a réalisé des opérations de surveillance visant à repérer des activités de contournement possibles, en particulier des transferts entre navires de carburant et d’autres produits actuellement bannis en vertu des sanctions. Ces opérations étaient menées de concert avec des pays comme l’Australie, la France, la Nouvelle‑Zélande, le Royaume‑Uni et les États‑Unis.

Le NCSM Winnipeg a représenté le Canada dans le cadre de l’exercice KEEN SWORD 21, un engagement dirigé par la Force d’autodéfense du Japon et des États‑Unis qui s’est déroulé du 26 octobre au 5 novembre. L’engagement comprenait des ressources maritimes, terrestres et aériennes et visait à améliorer l’état de préparation au combat et l’interopérabilité, tout en renforçant les relations entre les alliés.

La participation du Winnipeg a permis à la MRC de collaborer avec nos alliés et partenaires à l’appui d’un ordre international fondé sur des règles.

Le NCSM Winnipeg a repris sa mission au sein de l’opération PROJECTION Asie-Pacifique le 6 novembre après la fin de l’engagement et restera dans la région de l’Asie‑Pacifique jusqu’en décembre 2020.

NCSM Ville de Québec

MDN

De petites embarcations rapides s’approchent du NCSM Ville de Québec au cours d’une simulation d’attaque de petits bateaux dans le cadre de l’exercice JOINT WARRIOR 20 2.

Les NCSM Ville de Québec, Halifax et Toronto et l’URN Asterix participent à l’exercice JOINT WARRIOR 20 2

Les NCSM Ville de Québec et Halifax et l’unité de ravitaillement naval (URN) Asterix ont rejoint le NCSM Toronto et le 1er Groupe de la flotte navale permanente de la Force de réaction de l’OTAN (SNMG 1) pour participer à l’exercice JOINT WARRIOR 20‑2 au large des côtes écossaises du 4 au 15 octobre. Il s’agissait d’un déploiement coopératif dirigé par le Royaume‑Uni qui a lieu au printemps et à l’automne de chaque année.

Le déploiement a été organisé par la Royal Navy avec des participants de différents pays d’Europe occidentale ainsi que du Canada et des États‑Unis. Les simulations menées pendant les deux semaines comprenaient des exercices de tir, des scénarios d’attaques et de défense simulées, des réapprovisionnements tactiques en mer et des scénarios de combat de surface.

Au terme de l’exercice JOINT WARRIOR 20‑2, les NCSM Ville de Québec et Halifax et l’URN Asterix ont commencé leur transit de retour vers Halifax. Le NCSM Toronto a repris du service dans l’opération REASSURANCE pour poursuivre les patrouilles d’assurance et de dissuasion maritimes dans la région de la Baltique.

NCSM Harry DeWolf

MDN

Le NCSM Harry DeWolf quitte Halifax le 13 octobre 2020.

Le NCSM Harry DeWolf entreprend l’instruction de base de préparation à la navigation pour un seul navire

Le NCSM Harry DeWolf a quitté Halifax le 13 octobre pour entreprendre l’instruction de base de préparation à la navigation pour un seul navire qui aura lieu au cours des prochains mois.

Cette instruction permettra à l’équipage du navire de tester ses systèmes et ses procédures tandis qu’il acquiert progressivement la capacité et la résilience opérationnelles nécessaires aux opérations, à commencer par le premier déploiement de la classe dans l’Arctique à l’été 2021.

NCSM Summerside

MDN

Le NCSM Summerside quitte Halifax le 26 octobre 2020.

Le NCSM Summerside part en mission de lutte contre la drogue dans le bassin des Caraïbes

Le NCSM Summerside a quitté Halifax le 26 octobre 2020 pour participer à l’opération CARIBBE, la contribution du Canada à la Campagne MARTILLO, un effort multinational avec la Garde côtière (USCG) et la Marine des États‑Unis contre le trafic illicite de stupéfiants dans la mer des Caraïbes et l’océan Pacifique Est. C’est la 14e année que les Forces armées canadiennes (FAC) mènent l’opération CARIBBE.

Le NCSM Summerside interviendra dans le bassin des Caraïbes en collaboration avec l’USCG et la Marine américaine. Il sera chargé de trouver et de suivre les navires d’intérêt afin de permettre aux équipes d’application de la loi de l’USCG de s’en approcher et de les intercepter.

Depuis 2006, la Marine royale canadienne et l’Aviation royale canadienne ont été reconnues pour avoir participé à l’interception ou à la saisie de plus de 67 tonnes métriques de cocaïne et d’un peu plus de 5 tonnes métriques de marijuana.

Bataille de l’Atlantique

Survivants d’un navire marchand

Gerald M. Moses, Bibliothèque et Archives Canada

Les survivants d’un navire marchand torpillé à bord du NCSM Arvida à St. John’s (Terre Neuve), septembre 1942.

Commémoration de la marine marchande 75 ans après la fin de la bataille de l’Atlantique

Nous célébrons cette année le 75e anniversaire de la fin de la bataille de l’Atlantique, la plus longue bataille navale de la Deuxième Guerre mondiale. Au cours des six années qu’a duré cette bataille, la marine marchande du Canada a contribué à l’effort de guerre.

En 1939, au début des hostilités, le Canada disposait de 38 navires marchands d’une capacité de chargement totale de seulement 290 000 tonnes. Le gouvernement canadien savait que ce nombre limité de navires en service ne pourrait pas satisfaire aux demandes pressantes de la Grande‑Bretagne si celle‑ci voulait vaincre l’ennemi. Par conséquent, le Canada a établi des plans en vue d’accroître la marine marchande, et les Canadiens se sont montrés à la hauteur de ce défi hors du commun.

Monument commémoratif du SS Caribou

MDN

Le 14 octobre de chaque année, des gens se réunissent devant le Monument commémoratif du SS Caribou à Port aux Basques pour rendre hommage aux victimes du naufrage.

Une menace sur notre territoire : le SS Caribou coule pendant la bataille du Saint Laurent il y a 78 ans

De 1942 à la fin de 1944, 16 U‑boat allemands ont tiré plus de 50 torpilles dans leur chasse aux navires canadiens. Dans ce qu’il est convenu d’appeler depuis « la bataille du Saint‑Laurent », les U‑boat ont coulé 24 navires, dont trois navires de guerre de la Marine royale canadienne (MRC) : les Navires canadiens de Sa Majesté (NCSM) Raccoon et Shawinigan, dont les équipages en entier ont péri, et le NCSM Charlottetown, qui a perdu 10 marins.

La perte la plus importante en vies humaines, toutefois, est survenue il y a 78 ans, le 14 octobre 1942, quand le traversier reliant Terre‑Neuve à la Nouvelle‑Écosse, le SS Caribou, a été coulé par le U‑69 sous le commandement du Kapitän-Leutnant Ulrich Gräf.

Le SS Caribou est parti de Sydney, en N.‑É., à environ 21 h 30 le 13 octobre 1942. Il avait à son bord 73 civils, dont 11 enfants, ainsi que 118 militaires et 46 membres d’équipage.

Juste avant le départ, le capitaine du Caribou, le capitaine de vaisseau Benjamin Tavenor, a demandé à tous les passagers sur le pont de prendre connaissance de l’emplacement des bateaux de sauvetage. Son équipage et lui savaient qu’il y avait un risque d’attaque par un U‑boat; lors du voyage précédent, l’escorte du Caribou avait attaqué sans succès un sous-marin avec lequel il y avait eu un contact.

En vedette dans ce numéro

navire de combat de surface canadien

MDN

Un rendu numérique du nouveau navire de combat de surface canadien.

Le navire de combat de surface canadien : plus qu’un simple navire

Avec la publication, en 2017, de la politique de défense du Canada intitulée Protection, Sécurité, Engagement, le gouvernement du Canada faisait connaître son engagement à renouveler la flotte de la Marine royale canadienne (MRC).

Dans le cadre d’un effort de mise sur pied d’une marine océanique axée sur la capacité de maintenir en puissance deux groupes opérationnels navals d’un maximum de quatre navires de combat de surface et d’un navire de soutien interarmées, renforcés au besoin d’un sous-marin et de ressources aéronavales, le gouvernement s’est engagé à faire l’acquisition de quinze navires de combat de surface canadiens (NCSC).

L’effort d’acquisition de ces navires représente la pièce maîtresse de la Stratégie nationale de construction navale, le plus vaste programme d’acquisition de l’histoire du Canada, et certainement son plus complexe, qui s’étend sur trois décennies.

Lockheed Martin Canada, le soumissionnaire choisi au terme d’un processus de soumission très long, mais équitable, ouvert et transparent, a proposé un concept de NCSC fondé sur celui du Global Combat Ship (GCS) de type 26 du Royaume‑Uni, qui est présentement en construction. Par cette sélection, le Canada se joint au Royaume‑Uni et à l’Australie, qui tirent parti du concept des GCS de type 26 dans leurs futures flottes.

Le NCSC est le navire de guerre de prochaine génération du Canada, qui, en fin de compte, remplacera tant les destroyers de la classe Iroquois, récemment déclassés, que la classe Halifax modernisée d’aujourd’hui. Les capacités des deux classes seront modernisées et à l’épreuve du temps afin de garantir non seulement que les systèmes restent pertinents pour les années à venir, mais surtout que les marins de demain disposent de l’équipement dont ils ont besoin lorsqu’ils sont exposés au danger. Le NCSC fait partie de la vision large des capacités de défense qui serviront les intérêts de défense du Canada loin dans la deuxième moitié du siècle.

Bonnie Henry

MDN

Pendant son service au sein de la Réserve de la Marine royale canadienne, Bonnie Henry a effectué des plongées non autonomes avec l’Unité de plongée de la Flotte (Pacifique) en utilisant un « casque » muni d’une unité de communication et d’un tuyau respiratoire.

Un ancien officier de marine dirige la réponse de la Colombie Britannique à la pandémie de COVID 19

La Dre Bonnie Henry est un excellent exemple de la contribution exceptionnelle des femmes canadiennes qui est célébrée au cours du Mois de l’histoire des femmes en octobre.

Ancien officier de marine, la Dre Henry est la première femme à occuper le poste d’agent de santé provincial de la Colombie‑Britannique.

Issue d’une famille militaire, elle a commencé à se faire un nom en Colombie‑Britannique et au Canada il y a plusieurs décennies.

« Je suis née à Fredericton, puisque mon père était affecté à la Base des Forces canadiennes (BFC) Gagetown, située à proximité. Toutefois, je considère Charlottetown comme ma ville natale », dit-elle.

Son père était major au sein du Lord Strathcona’s Horse Regiment de l’Armée canadienne. « Nous avons beaucoup déménagé. »

La Dre Henry a grandi dans plusieurs villes au Canada et à l’étranger, dont Charlottetown, Calgary, Saint John’s et les Pays‑Bas.

Toutefois, c’est un emploi d’été en tant qu’officier de guerre navale, alors connu sous le nom d’officier de contrôle naval de la navigation commerciale, dans la Réserve navale qui l’a conduite en Colombie‑Britannique, où elle a fini par devenir agente de santé provinciale chargée de gérer la réponse de la province à la pandémie de COVID‑19.

Rapports spéciaux

Le commandant de la MRC publie un Ordre de la Marine sur la conduite haineuse

Compagnons de bord, le respect de la dignité et de la valeur de chaque personne, ainsi que l’égalité de tous les êtres humains, sont des principes fondamentaux qui constituent des exigences essentielles pour l’efficacité opérationnelle de la Marine royale canadienne, des Forces armées canadiennes et du ministère de la Défense nationale. Ces principes sont protégés par la législation canadienne et forment une partie fondamentale de notre société canadienne moderne.

Avec la publication de notre Ordre de la Marine sur la conduite haineuse, nous avons l’intention, conjointement avec les FAC, nos services associés et la direction civile du MDN, d’éliminer le racisme, la discrimination et la conduite haineuse dans notre organisation et de veiller à ce que chaque membre de notre équipe, civil et militaire, ait la possibilité de réaliser tout son potentiel dans un environnement diversifié, inclusif et respectueux.

Cet ordre fait partie d’un effort continu et plus vaste déployé dans l’ensemble des Forces armées canadiennes et du ministère de la Défense nationale dans le but de dissuader et de répondre à la conduite haineuse, puisque nous reconnaissons que nos efforts doivent être persistants et durables.

Nous sommes déterminés à être une organisation moderne et axée sur l’avenir où tous sont bienvenus, se sentent en sécurité et ne sont jugés qu’en fonction de leurs compétences et de leurs contributions aux objectifs en matière de défense du Canada. La discrimination, le racisme et la conduite haineuse sont contraires à l’éthos militaire canadien, et la MRC ne les tolérera pas, peu importe leur nature. La conduite haineuse nuit à la cohésion et à l’esprit de corps, une nécessité pour notre Marine, et diminue notre autorité en tant que force au service du bien au pays et à l’étranger.

Grâce au leadership sur le pont, je m’attends à ce que tous les membres de notre organisation participent pleinement à ces efforts. Nous devons écouter, nous devons apprendre, nous devons agir.

Nous devons écouter les personnes qui ont fait face à de la discrimination, et leur fournir le soutien et les ressources dont elles ont besoin. Nous devons comprendre le problème que sont le racisme, la discrimination et la misogynie dans notre organisation, et apprendre comment le combattre. De plus, nous devons tous être prêts à agir – à faire preuve de leadership, à donner le bon exemple et à intervenir si nous sommes témoins d’une conduite haineuse, qu’elle soit flagrante ou qu’elle semble insignifiante.

Tous les membres de la MRC doivent respecter les directives présentées dans cet ordre, alors que nous travaillons ensemble pour nous améliorer et éliminer la discrimination, le racisme et la conduite haineuse dans notre organisation.


Vice-amiral Art McDonald
Commandant de la MRC

Pleins feux sur les marins

Ltv Stephanie Bengle

MDN

La Lt(v) Bengle (à droite) avec l’une de ses mentors, la commodore Josée Kurtz, à bord du NCSM Halifax en déploiement dans le cadre de l’opération REASSURANCE.

Rencontrez la lieutenant de vaisseau (Ltv) Stephanie Bengle. Elle parle de l’effet que la célébration des réalisations des femmes peut avoir sur les générations futures.

Capc Calley Gray

MDN

Capitaine de corvette Calley Gray

Rencontrez la capitaine de corvette Calley Gray. Elle explique comment le RCN lui a permis de réaliser ses objectifs en matière d’études universitaires et comment elle utilise cette formation d’élite pour gérer le programme pour la flotte de surface à l’installation de maintenance de la flotte à Esquimalt, en Colombie‑Britannique.

Côté social

Les vidéos du mois

Les photos du mois


Des commentaires