Actualité de votre marine - septembre 2020

Actualité de votre marine

« Actualité de votre Marine » est un bulletin mensuel qui comprend des articles sur les opérations en cours de la Marine royale canadienne, sur nos marins et les héros de la Marine, sur les équipements et les technologies récents, ainsi que les meilleures photos et vidéos. Cliquez ici pour vous abonner à notre liste de diffusion électronique.


Le point sur les opérations

NCSM Winnipeg

MDN

Le NCSM Winnipeg et son hélicoptère Cyclone embarqué.

Le NCSM Winnipeg en déploiement dans le cadre de l’Op PROJECTION Asie-Pacifique et de l’Op NEON

Le 1er septembre, au terme de sa participation à l’exercice (Ex) RIM OF THE PACIFIC (RIMPAC), la Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Winnipeg se trouve en Asie-Pacifique pour appuyer l’Op PROJECTION Asie-Pacifique et l’Op NEON.

L’Op PROJECTION vise à rendre le monde plus sûr et à enrichir les relations avec les alliés et les partenaires du Canada. Le déploiement international de moyens de la Marine royale canadienne (MRC) démontre qu’elle est prête à défendre les intérêts du Canada dans le monde et à renforcer les engagements actifs du Canada envers la paix dans le monde.

L’Op NEON, pour sa part, est la contribution du Canada à un effort multinational coordonné d’appui aux sanctions imposées à la Corée du Nord par le Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations Unies (ONU). Le Winnipeg réalise des opérations de surveillance visant à repérer des activités de contournement possibles, en particulier des transferts entre navires de carburant et d’autres produits actuellement bannis en vertu des sanctions. Ces opérations sont menées de concert avec des pays comme l’Australie, la France, la Nouvelle‑Zélande, le Royaume‑Uni et les États‑Unis.

Le Winnipeg demeurera en Asie‑Pacifique jusqu’en décembre 2020.

L’hélicoptère Cyclone du NCSM Toronto

MDN

L’équipage de l’hélicoptère Cyclone du NCSM Toronto s’adonne à des exercices d’engagement aérien au large de la côte lituanienne.

Le NCSM Toronto participe à de multiples déploiements conjoints au cours de l’Op REASSURANCE

Le NCSM Toronto est en déploiement dans la région de la Baltique, en Europe du Nord, avec le 1er Groupe maritime permanent de l’OTAN (SNMG 1) pendant sa participation à l’Op REASSURANCE. Le navire et son hélicoptère Cyclone embarqué ont effectué des patrouilles de sécurité maritime en appui aux mesures d’assurance et de dissuasion de l’OTAN dans la région.

Le Toronto a fait escale à Turku, en Finlande, du 10 au 14 septembre. L’ampleur du programme des escales a été réduite pour assurer la sécurité des équipages et du personnel de l’OTAN et de la Finlande face à la COVID‑19.

Après leur départ, le Toronto et le navire amiral portugais du SNMG 1, le Corte‑Real, ont exécuté des séries de manœuvres de guerre de surface avec les navires de la Marine finnoise Raahe, Porvoo et Pansio et un hélicoptère Super Puma, un avion Learjet de la Force aérienne finnoise et une embarcation rapide de la Garde côtière finnoise.

Il s’agissait d’une précieuse occasion de collaboration avec des alliés et des partenaires pour bâtir l’interopérabilité et partager des pratiques exemplaires.

NCSM Ville de Québec

MDN

Le NCSM Ville de Québec quitte Halifax le 20 septembre pour participer à l’Ex JOINT WARRIOR.

Les NCSM Ville de Québec et Halifax partent se joindre à l’Ex JOINT WARRIOR

Les NCSM Ville de Québec et Halifax ont quitté Halifax le 20 septembre pour se joindre au NCSM Toronto, au SNMG 1 et à la Marine royale britannique au large de la côte écossaise pour prendre part à l’Ex JOINT WARRIOR, un grand déploiement conjoint multinational semestriel dirigé par le Royaume‑Uni.

Les navires ont dû rentrer au port le 22 septembre pour ne pas s’exposer aux conditions météorologiques exceptionnelles de l’ouragan Teddy. Une fois la tempête passée, ils ont repris leurs activités.

À compter du 3 octobre, l’Ex JOINT WARRIOR sera constitué de manière à former un environnement complexe dans lequel les participants pourront affiner leurs tactiques et leurs compétences spécialisées dans un cadre guerrier et se préparer à se déployer à titre de force opérationnelle interarmées (FOI).

Bataille de l’Atlantique

M2 John Wall

MDN

Le matelot de 2e classe John Wall (à droite) avec sa femme Margaret (Peggy) (à gauche) et son fils John à Devonport, en 1945.

Un héros de la bataille de l’Atlantique : le matelot de 2e classe John Wall

Le matelot de 2e classe John Francis Wall a navigué à bord du Navire de Sa Majesté (HMS) Illustrious lors de la bataille de l’Atlantique et a servi jusqu’en 1945, quand il a été blessé au combat.

« Mon père, né en 1939, n’a pas vu son père (mon grand-père) avant que ce dernier revienne de la guerre. Il a été élevé par ses grands-parents. Pendant la guerre, ma grand-mère travaillait au tableau de distribution de la caserne des pompiers », raconte le major (Maj) Geoff Wall.

Le Maj Wall souhaitait raconter l’histoire de son grand-père pour que nous nous souvenions du prix qu’ont coûté les libertés dont nous jouissons aujourd’hui.

En vedette dans ce numéro

NCSM Cayuga

MDN

Le NCSM Cayuga tire sur des cibles ennemies sur la côte ouest de la Corée.

Les débarquements à Incheon et la MRC pendant la guerre de Corée

Les débarquements à Incheon ont infléchi le cours de la guerre de Corée, permettant aux forces des Nations Unies de repousser les troupes nord-coréennes hors de Corée du sud et d’empêcher une victoire de la Corée du Nord.

Les trois navires canadiens qui y ont pris part, soit les NCSM Cayuga, Sioux et Athabaskan, s’y trouvaient ensemble sous les ordres de leur propre commandant pour la première fois depuis leur arrivée dans le théâtre coréen.

Au cours des cinq années suivantes, huit navires de la Marine royale du Canada (MRC) allaient servir dans les eaux coréennes et se distinguer en tant que membres du Trainbusters’ Club, car ils ont démoli huit des vingt-huit trains détruits pendant la guerre. Le NCSM Crusader, à lui seul, a détruit quatre trains, dont trois en vingt-quatre heures. Le Trainbusters’ Club était un moyen de remonter le moral imaginé par la Marine américaine dans le but de favoriser la concurrence entre les navires qui visaient des trains transportant des fournitures et du matériel vers les forces nord-coréennes.

Centre d’instruction navale

MDN

Vue extérieure du nouveau centre d’instruction navale de la BFC Halifax.

Le nouveau centre d’instruction de la BFC Halifax aide les stagiaires de la Marine à se préparer pour l’avenir

Avec l’achèvement du nouveau centre d’instruction navale de la base des Forces canadiennes (BFC) Halifax, la prochaine génération de marins de la MRC pourra s’attendre à autre chose qu’à des travaux en classe quand elle reprendra l’instruction, cet été.

Le plus récent immeuble de la BFC Halifax est une installation d’instruction moderne, fonctionnelle et écologique de 9 500 mètres carrés conçue pour satisfaire aux besoins d’instruction d’une marine du 21e siècle.

Le principal occupant de l’installation, l’École navale (Atlantique), a accueilli en juin ses premiers marins venus s’y entraîner. Le bâtiment est constitué d’un vaste espace d’entraînement partagé, d’un auditorium et de salles de classe pour l’enseignement structuré, ainsi que pour l’apprentissage pratique au moyen d’équipement naval, y compris un simulateur d’armes légères. Pour donner aux marins un entraînement réaliste, pendant qu’ils sont à terre, l’intérieure de l’immeuble compte une aire d’entraînement de trois étages qui reproduit l’intérieur d’un navire.

En modernisant et en écologisant nos infrastructures de défense, nous réduisons nos émissions de gaz à effet de serre et nous épargnons sur nos coûts d’électricité tout en répondant aux besoins d’une marine moderne. Les investissements récents du ministère de la Défense nationale (MDN) dans les infrastructures de la BFC Halifax ont aidé à créer des avenues de développement économique pour la collectivité et ont donné aux militaires affectés à la base un complexe davantage cohésif, moderne et fonctionnel.

Pleins feux sur les marins

M 3 Erin Marsden

MDN

Le Mat 3 Erin Marsden

Voici le matelot de 3e classe (Mat 3) Erin Marsden. Le Mat 3 Marsden est l’un des matelots choisis pour participer au Programme national des sentinelles 2020.

« [Je me suis enrôlée dans] la MRC parce que j’en avais fait mon but de carrière dès l’âge de 12 ans. Tout ce qui touche l’univers militaire m’intéresse et j’ai toujours su que c’était vers la Marine que je voudrais m’orienter pour y faire carrière à temps plein », d’expliquer le Mat 3 Marsden.

Matc Diyako Salehi

MDN

Le Matc Diyako Salehi

Voici le matelot-chef (Matc) Diyako Salehi, technicien du Génie des armes (conduite du tir) à bord du NCSM Regina.

« En tant qu’immigrant au Canada originaire de l’Iran, j’ai toujours voulu montrer ma reconnaissance en servant le pays qui m’a donné la possibilité de m’épanouir et d’atteindre les objectifs que je m’étais fixés », de déclarer le Matc Salehi.

« [Mon appartenance à la Marine royale canadienne] m’a aussi donné l’occasion d’exercer le métier de technicien en électronique, un domaine qui m’a toujours intéressé. »

Côté social

Les vidéos du mois

Photos du mois