Actualité de votre marine - mai 2020

Your Navy Today banner

« Actualité de votre Marine » est un bulletin mensuel qui comprend des articles sur les opérations en cours de la Marine royale canadienne, sur nos marins et les héros de la Marine, sur les équipements et les technologies récents, ainsi que les meilleures photos et vidéos. Cliquez ici pour vous abonner à notre liste de diffusion électronique.


Le point sur les opérations

NCSM Fredericton

MDN

Le NCSM Fredericton de passage dans les bouches de Bonifacio.

Maintenant que le NCSM Fredericton reprend les opérations en mer, nous pensons toujours à nos camarades de bord disparus

Il s’est écoulé environ un mois depuis la perte tragique de six de nos camarades de bord. Nos pensées ne quittent pas la famille de la Marine et celle de la Force aérienne, ni toutes les familles et tous les proches touchés par la perte du Stalker 22. Bien que nous ayons encore le cœur lourd, nous nous enorgueillissons du comportement de l’équipe formidable du Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Fredericton qui, faisant montre d’une résilience remarquable à son retour en mer, poursuit son importante mission.

« … Au nom des grandes familles de la Force aérienne et de la Marine, nous offrons nos plus sincères condoléances, notre amour et notre soutien aux familles, aux amis et aux proches de tous ceux et de toutes celles qu’a touchés cette terrible perte », ont affirmé le vice‑amiral Art McDonald, commandant de la Marine royale canadienne (MRC) et le lieutenant‑général Al Meinzinger, commandant de l’Aviation royale canadienne (ARC) dans leur déclaration conjointe.

Dans la foulée, les deux commandants ont ajouté « … merci à tous ceux qui participent aux efforts de recherche, notamment nos partenaires de l’OTAN menant des opérations dans la région ».

L’incident est un dur rappel du sacrifice auquel les courageux hommes et femmes de nos forces militaires sont confrontés chaque jour dans la défense et la représentation du Canada, tant sur le territoire national qu’à l’étranger. Il nous rappelle également, à tous, le degré de danger que peuvent comporter les opérations de routine en mer et dans les airs. Face à ces réalités, les marins et les aviateurs à bord de frégates de la Marine travaillent en équipe, une équipe unie, une famille dont les membres portent ensemble ce deuil.

À la fin de mai, nous avons trouvé un peu de consolation dans des nouvelles qui nous sont parvenues, selon lesquelles les opérations interarmées de récupération menées par la MRC et par la Marine américaine ont permis de situer une partie du fuselage et des restes de nos camarades dans le voisinage de l’épave. Après huit jours, le 2 juin, la décision a été prise de conclure l'opération de récupération.

Depuis lors, le NCSM Fredericton a repris ses opérations en mer d’appui aux mesures de confiance et de dissuasion de l’OTAN dans le cadre de l’opération REASSURANCE. Le navire a quitté le groupe maritime permanent de l’OTAN SNMG 2 pour se joindre au SNMG 1 le 16 mai.

Nous poursuivons nos efforts pour accepter cette tragédie mais demeurons engagés dans le soutien des familles du caporal‑chef Matthew Cousins, de l’enseigne de vaisseau de 1re classe Abbigail Cowbrough, du capitaine Kevin Hagen, du capitaine Brenden Ian MacDonald, du capitaine Maxime Miron‑Morin et de l’enseigne de vaisseau de 1re classe Matthew Pyke. Ils nous ont quittés, mais jamais nous ne les oublierons.

Vam Art MacDonald

MDN

Le vice‑amiral Art McDonald, commandant de la Marine royale canadienne

Message du vice amiral Art McDonald sur la reprise des activités de la MRC

Camarades de bord, la MRC est prête à reprendre ses activités. Bravo Zulu à vous tous qui vous êtes illustrés pendant cette période sans précédent! Comme vous le savez, après des semaines d’une posture très restrictive dans tout le Canada, les mesures prises face à la pandémie entrent dans une phase de relâchement et le travail, y compris une partie du travail à réaliser dans des lieux déterminés, reprend. Je souhaite m’assurer que vous savez que la MRC entreprendra elle aussi sa reprise, d’une manière très mesurée et très graduelle, au cours des prochaines semaines.

À l’instar des provinces et des régions, qui ont subi diversement les effets de la COVID‑19 et se remettent chacune à son rythme, la réouverture de nos institutions sera asymétrique à l’échelle du Ministère, et de fait à l’échelle de la MRC, et variera d’un océan à l’autre, entre unités, et même entre milieux de travail.

NCSM Regina

MDN

Le 7 mai, une équipe de logistique charge des provisions destinées à l’équipage du NCSM Regina.

Les NCSM reviennent à quai mais demeurent prêts à aider dans le cadre de l’Op LASER

La MRC, dans le cadre de l’opération (Op) LASER, a fait en sorte qu’un certain nombre de ses navires et une certaine proportion de son effectif soient prêts, sur ordre, à fournir une force de pointe pour aider les pouvoirs civils à atténuer les impacts de la COVID‑19 et pour protéger les Canadiens contre les catastrophes naturelles et contre toute menace imprévue. Cinq navires de guerre ont pris la mer dans le cadre de ces efforts.

Sur la côte Ouest, les navires de la MRC ont procédé pendant cette période à l’entraînement de groupes opérationnels tandis que sur la côte Est, ses navires se sont rendus dans des lieux qu’ils ne visitent pas souvent pour aider à donner aux collectivités l’assurance que la MRC est fin prête à leur venir en aide si le besoin se présente.

Depuis le 22 mai, les conditions s’améliorant dans tout le Canada, les navires de la MRC ont repris leur posture normale de disponibilité opérationnelle, ce qui a permis à la plupart d’entre eux de revenir à quai afin que les marins puissent profiter d’un repos bien mérité auprès de leur famille et de leurs proches. Les navires demeurent prêts à soutenir les pouvoirs civils dans leurs missions propres à la pandémie, ou dans d’autres missions, s’ils y sont appelés.

NCSM Ville de Québec

MDN

L’équipage du NCSM Ville de Québec descend une embarcation gonflable à coque rigide près du pont de la Confédération, qui relie le Nouveau‑Brunswick à l’Île‑du‑Prince‑Édouard.

Le NCSM Ville de Québec à l’entraînement avec le groupe aéronaval du porte-avions USS Harry S. Truman

Du 26 mai au 1er juin, le NCSM Ville de Québec a pris part à un déploiement coopératif bilatéral constitué de segments d’entraînement en lutte anti-sous-marine et en défense aérienne dans l’Atlantique Ouest avec le groupe aéronaval du navire américain USS Harry S. Truman.

Le groupe aéronaval est constitué d’un navire-amiral, le porte-avions de la classe Nimitz USS Harry S. Truman, et des escadrons embarqués de la 1re Escadre aérienne du porte-avions ainsi que du croiseur lance-missiles de la classe Ticonderoga USS Normandy.

La MRC participe fréquemment à des exercices internationaux d’entraînement maritime avec ses alliés et avec des pays amis de même esprit. L’entraînement interarmées resserre les liens et renforce la compréhension entre partenaires mondiaux, ce qui contribue au développement des capacités et à l’amélioration de la capacité de collaboration de la MRC dans le contexte d’opérations et de missions multinationales.

Bataille de l’Atlantique

Les célébrations de la bataille de l’Atlantique sont un succès virtuel

Le 3 mai, la Marine royale canadienne (MRC), de concert avec des Canadiens de tout le pays, a commémoré par des moyens virtuels le 75e anniversaire de la fin de la bataille de l’Atlantique et les sacrifices consentis par des milliers de Canadiens qui se sont battus, de 1939 à 1945, pendant la plus longue campagne de la Deuxième Guerre mondiale.

Des Canadiens livrent, sur les médias sociaux, le récit des sacrifices qu’ont faits leur famille et leurs amis en répondant à l’appel du devoir. Le vice‑amiral Art McDonald, commandant de la MRC, et le premier maître du Commandement, le premier maître de 1re classe David Steeves, ont déposé une couronne devant le Monument commémoratif de guerre du Canada, à Ottawa. Dans le même ordre d’idées, les NCSM des deux côtes ont souligné l’anniversaire en tenant leurs propres cérémonies et en défilant en formation, tandis que la Musique Stadacona des Forces maritimes de l’Atlantique donnait une prestation spéciale de « Heart of Oak » sur les médias sociaux.

M 2 Harrison Stumpf

MDN

Le matelot de 2e classe Harrison Stumpf (à droite) prend la pose pour une photo en compagnie de sa mère et de son frère Harold (« Grand H )» Stumpf.

Héros de la bataille de l’Atlantique : le mat 2 Harrison « Petit H » Stumpf

Mon père, le matelot de 2e classe (mat 2) Harrison « Petit H » Stumpf, est l'un des milliers de Canadiens qui ont répondu à l'appel pendant la Deuxième Guerre mondiale et qui ont participé de diverses manières à la bataille de l'Atlantique.

Il s'est joint à l’effort de guerre parce que sa famille n'avait pas les moyens de le prendre en charge. Avec quatre frères et sœurs encore à la maison, il envoyait de l'argent pour soutenir sa famille pendant la période financièrement difficile des années 1940.

Mais il n'y avait pas que l'argent. C'était aussi la possibilité de connaître le danger, la romance et l'aventure qui l'attirait, comme c'était le cas pour tant de jeunes à l'époque.

William Bruce Wetherall

MDN

William Bruce Wetherall

Héros de la bataille de l’Atlantique : William Bruce Wetherall

Mon père, William Bruce Wetherall, a servi dans la marine marchande du Canada de 1941 à 1945. Pendant six longues années, la Marine royale du Canada (MRC), la marine marchande du Canada et l’Aviation royale du Canada (ARC) ont été des piliers de la campagne connue sous le nom de bataille de l’Atlantique.

Lorsque la Deuxième Guerre mondiale a éclaté, mon père vivait à la ferme de sa famille, avec sa mère et son beau-père, à Waterdown, en Ontario. Selon lui, les seules difficultés auxquelles la famille était confrontée à l’époque consistaient à nourrir et à vêtir tout le monde en temps de guerre.

À l’âge « mûr » de 17 ans, mon père a menti sur son âge pour tenter de s’engager dans la MRC à Hamilton, en Ontario.

En vedette dans ce numéro

Capc Desmond Piers

MDN

Capc Desmond Piers

Des navires de la Marine royale canadienne essaient de capturer un sous-marin allemand après une évasion de prison

On pourrait croire que ces événements sont tirés d’un roman d’espionnage élaboré.

Or, ils se sont réellement produits.

À l’automne 1943, des capitaines de sous-marins allemands cherchant à s’évader d’un camp de prisonniers de l’Ontario ont directement mené la GRC à un point de rendez-vous sur la côte nord du Nouveau-Brunswick.

Des navires de guerre de la MRC, sous le commandement du capitaine de corvette (Capc) Desmond Piers, se trouvaient tout près, attendant tranquillement qu’un sous-marin fasse surface pour tenter de sauver ses compatriotes.

Thomas Simpson

MDN

Thomas Simpson (à droite) reçoit la Médaille du service distingué du feld‑maréchal britannique Harold Alexander en 1946.

Un opérateur radar sauve des centaines de vies en repérant un sous-marin allemand

Il est 3 heures du matin le 7 mars quand Thomas Simpson capte un contact radar dans le détroit de St. George, entre le pays de Galles et l’Irlande. Il fait beau, et la mer est calme.

Il alerte immédiatement l’officier de quart de La Hulloise, qui reconnaît le contact, mais en fait peu de cas, le prenant pour une bouée de navigation.

Simpson retourne à son poste. Il repère à nouveau le même contact, qui, selon lui, est « à deux plots sur le travers bâbord ». Il présente un second rapport à l’officier de quart, qui le rejette à nouveau, insistant sur le fait qu’il n’est pas possible pour un U‑boot d’être aussi près de la côte. Les cartes indiquent clairement qu’une bouée se trouve à cet endroit. L’officier de quart dit alors à Simpson qu’il voit « des farfadets » et qu’il doit poursuivre le ratissage.

Ayant entendu l’altercation verbale depuis sa cabine sous le pont, le capitaine de La Hulloise, le capitaine de corvette John Brock, monte voir quel est le problème. Simpson, craignant que le convoi et les navires d’escorte ne soient en danger imminent, met le capitaine au courant de ses deux rapports sur le contact et du fait que l’officier de quart ne les a pas pris en compte.

Entre-temps, l’opérateur de sonar du navire a lui aussi capté le contact sur le même relèvement.

Brock donne l’ordre de faire demi-tour et de se diriger vers la bouée. À une centaine de mètres de celle-ci, le capitaine demande d’allumer le projecteur de 20 pouces pour la repérer dans l’obscurité.

Un périscope et un schnorkel sont apparus.

Rapports spéciaux

Replongez dans la Marine : réenrôlement d’anciens membres qualifiés de la MRC

La Marine royale canadienne (MRC) cherche activement à réengager des anciens marins qui ont suivi leur instruction complète dans un métier de la MRC et qui satisfont encore aux exigences d’enrôlement.

Afin de réduire les délais, le Groupe du recrutement des Forces canadiennes (GRFC) a simplifié le processus de réenrôlement d’anciens membres qualifiés de la Force régulière (F rég). Quiconque envisage un réenrôlement dans la MRC doit remplir une demande en conséquence et l’équipe s’efforcera d’accélérer sa reprise du service.

La MRC est présentement à la recherche de marins ayant les qualifications et l’expérience des métiers suivants :

Une équipe compétente, chargée du traitement des dossiers des militaires d’expérience, est prête à accélérer le processus.

Faites votre demande en ligne dès maintenant à l’adresse https://forces.ca/fr/

Pleins feux sur les marins

M 2 (à la retraite) Ron Bath

MDN

Le matelot de 2e classe (à la retraite) Ron Bath, à gauche.

Voici le matelot de 2e classe (à la retraite) Ron Bath. M. Bath a reçu le plus prestigieux ordre du mérite de France, la Légion d’honneur, des mains de Philippe Sutter, consul général de France, pour sa participation à différents débarquements sur des plages de Normandie le 6 juin 1944 et les jours suivants

M 2 Yukii Li

MDN

Le matelot de 2e classe Yukii Li.

Voici le matelot de 2e classe Yukii Li. Ayant grandi dans le milieu des arts, Mme Li a étudié en vue d’une carrière dans la mode. Les difficultés rencontrées dans le marché du travail et une suggestion de son père l’ont amenée à suivre les traces de son oncle et à se joindre à la Réserve navale.

Côté social

Les vidéos du mois

Les photos du mois

Annonces spéciales

Du nouveau! Le Défi 2020 de la bataille de l’Atlantique

Vous voulez faire du vélo ce printemps et cet été? Pourquoi ne pas vous inscrire au Défi 2020 de la bataille de l’Atlantique!

Au lieu de tenir des activités locales en personne, l’équipe du Défi-vélo de la Marine organise le Défi 2020 de la bataille de l’Atlantique, une activité virtuelle et gratuite pour encourager les militaires, les familles, les amis et les collectivités à faire du vélo. Que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur, les cyclistes sont invités à pédaler tout en respectant les consignes d’éloignement physique et en veillant à la santé et à la sécurité des individus et des collectivités.

L’objectif du Défi 2020 de la bataille de l’Atlantique est d’encourager les participants de tout le pays à réaliser collectivement 25 000 randonnées entre le 13 juin et le 30 août 2020, en l’honneur des 25 000 trajets effectués par la Marine royale du Canada et la marine marchande pendant la Deuxième Guerre mondiale, en pleine bataille de l’Atlantique, qui a pris fin il y a 75 ans. Les participants auront aussi l’occasion de se qualifier pour remporter divers prix durant le défi. Cette activité est gratuite. Pour vous inscrire au Défi 2020 de la bataille de l’Atlantique, rendez-vous sur notre site.