Galerie des vidéos

Le projet de modernisation des navires de la classe Halifax

Transcription

Vous êtes-vous déjà demandé ce qu’il faut pour reconstruire un navire de guerre ? Visionnez ce documentaire de la Marine royale canadienne (MRC) sur le projet de modernisation des navires de la classe Halifax / prolongation de la durée de vie des frégates. Vous découvrirez les détails de ce projet de plusieurs milliards de dollars.

Dans le documentaire, des marins de la MRC exposent la raison pour laquelle les frégates avaient besoin d’une remise à niveau ainsi que la complexité des tâches et les défis d’ingénierie qui ont dû être planifiés et exécutés méticuleusement. Un commodore de la MRC et trois commandants expliquent les différentes étapes du processus, des détails pointus jusqu’à la vue d’ensemble.

Plusieurs spécialistes discutent des tâches pertinentes qui doivent être effectuées correctement afin que le projet soit un succès. En plus des prises de vue uniques, avant-gardistes et exposées en accéléré, le documentaire se penche par l’intermédiaire de films d’archives de la MRC au lancement de deux navires au début des années 1990. De plus, on y voit l’entrevue d’un des commandants actuels, alors qu’il était un jeune lieutenant, interviewé sur la passerelle du HCMS Vancouver durant son voyage inaugurale de repositionnement de Halifax à Victoria il y a plus de deux décennies. 

Les 12 frégates de patrouille polyvalentes construites au Canada sont considérées comme l'épine dorsale de la Marine et peuvent être déployées partout dans le monde - auprès de l'OTAN ou auprès de nations alliées individuelles.

Vidéo des essais et mise à l’épreuve des missiles du NCSM Fredericton

Transcription

En novembre 2014, après avoir terminé son carénage de modernisation de la classe Halifax, le navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Fredericton est parti vers le sud au large des côtes de Norfolk (Virginie) pour effectuer des essais en mer et pour mettre à l’épreuve son nouveau système de missile SeaSparrow évolué. La Marine royale canadienne (MRC) utilise les systèmes de missile Seasparrow évolués comme capacité de défense de guerre de surface sur les frégates de la classe Halifax.

RIMPAC 2014

Transcription

Environ 1 000 membres des trois éléments des Forces canadiennes participent à l’exercice multinational et interarmées Rim of the Pacific (RIMPAC) 2014 qui a eu lieu du 26 juin au 1 août près des îles hawaïennes. Organisé et coordonné par la troisième flotte de la marine américaine, l’exercice RIMPAC offre à des hauts dirigeants des Forces canadiennes l’occasion d’exercer des fonctions de meneurs, et accroît la capacité du Canada de travailler avec d’autres pays de la région de l’Asie-Pacifique. Des forces militaires de l’Australie, de Brunei, du Canada, du Chili, de la Colombie, de la France, de l’Inde, de l’Indonésie, du Japon, de la Malaisie, du Mexique, des Pays-Bas, de la Nouvelle Zélande, de la Norvège, de la République populaire de Chine, du Pérou, de la République de Corée, de la République des Philippines, de Singapour, de Tonga, du Royaume-Uni et des États-Unis prennent part à l’exercice RIMPAC 2014.

RIMPAC, le plus important exercice naval international, vise à préparer les forces militaires à collaborer dans le cadre de toute une gamme de missions allant de l’aide humanitaire aux opérations de combat. À ses débuts en 1971, l’exercice RIMPAC avait lieu annuellement et prend place tous les deux ans depuis 1974. Le fait que l’exercice ait lieu depuis si longtemps démontre à quel point il est utile de rassembler des forces de divers pays afin qu’elles puissent s’entraîner ensemble et améliorer leur capacité de fonctionner dans un environnement interarmées et multinational. Le Canada, l’Australie et les États-Unis participent à l’exercice RIMPAC depuis sa création.