Navires de soutien interarmées

Les deux navires de soutien interarmées (NSI) de la classe Protecteur remplaceront les pétroliers ravitailleurs d’escadre de la Marine royale canadienne, et seront un jour mis en service sous les mêmes noms, à savoir Protecteur et Preserver. Les nouveaux navires répondront aux principaux besoins de ravitaillement, fourniront une capacité limitée de transport maritime et appuieront les opérations terrestres. Les NSI seront les premiers navires de la Marine royale canadienne à être construits dans un chantier naval canadien sélectionné par voie de concours, conformément à la Stratégie nationale d'approvisionnement en matière de construction navale.

Les NSI sont essentiels à la réussite des missions internationales et nationales des FAC, comme le précise la politique de défense intitulée « Protection, Sécurité, Engagement ». Les navires constituent un atout national vital et stratégique. La présence de navires de ravitaillement élargit le rayon d'action d'un groupe opérationnel maritime et améliore son endurance, lui permettant de rester en mer pendant de longues périodes sans avoir à se rendre à terre pour se ravitailler.

Capacités des navires

Le projet des NSI prévoit l'acquisition de deux navires construits spécialement pour fournir à la Marine royale canadienne une capacité essentielle de maintien en puissance et de réapprovisionnement. En outre, les navires fourniront une capacité de transport maritime, faciliteront l'entretien et le fonctionnement des hélicoptères, et seront équipés d'installations modernes de soins médicaux et dentaires, comprenant une salle d'opération.

Les navires pourront accueillir jusqu'à 64 conteneurs maritimes de 20 pieds (EVP). Ces conteneurs peuvent être utilisés pour stocker de la nourriture, de l'eau, des véhicules et d'autres équipements spécialisés afin de soutenir les opérations terrestres ou maritimes, y compris les opérations humanitaires ou de secours aux sinistrés. De plus, ces conteneurs peuvent accueillir des cargaisons propres à des missions particulières, telles que des hôpitaux mobiles et des centres de communication mobiles, qui pourraient être déchargées ou transportées par voie aérienne à terre. Les navires de soutien interarmées utiliseront également un système de ponton modulaire appelé connecteur mer-terre qui permettra le transfert d'au moins 50 tonnes de matériel, y compris des personnes, des véhicules et des fournitures à terre, ou qui pourra être modifié pour créer des jetées temporaires dans des endroits qui ne pourraient normalement pas soutenir un navire.

Les capacités de survie et d'autodéfense des navires de soutien interarmées leur permettront de remplir leurs fonctions essentielles de maintien en puissance dans des milieux à haut risque, notamment au sein de groupes opérationnels canadiens, américains, de l'OTAN ou alliés. Les navires de soutien interarmées pourront également embarquer un état-major interarmées et être utilisés comme navires de commandement dans un groupe opérationnel.

Les capacités d'autodéfense des navires comprendront un système de gestion du combat, des postes de tir navals télécommandés, des systèmes de défense à courte portée, des mitrailleuses lourdes, des capacités de surveillance (radar de surveillance aérienne en 3D), des réseaux de liaison de données tactiques et un ensemble de guerre électronique. Les navires seront également dotés de systèmes pour détecter les menaces chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires et s'en protéger.

Les NSI permettront de remplir les fonctions principales des pétroliers ravitailleurs d’escadre actuels, à savoir, entre autres, l’approvisionnement en carburant, en munitions, en pièces de rechange, en nourriture, en eau et d’autres fournitures; ils auront un atelier de réparation pour assurer le fonctionnement des hélicoptères et d’autres équipements; enfin, ils auront une capacité d’autodéfense.

Construction

En décembre 2016, le contrat de conception et d’ingénierie de la production des NSI a été attribué au chantier naval de Seaspan à Vancouver pour que le modèle des NSI soit prêt à la production, en vue du lancement des travaux de construction des navires.

L’examen de conception préliminaire a été achevé en 2017, et les premiers travaux de construction ont commencé en juin 2018. Le premier NSI devrait être livré à la MRC par le chantier naval en 2023.

Après la livraison du NSI par le chantier naval de Seaspan à Vancouver, la Marine royale canadienne procédera à une série d'essais pour confirmer que le navire répond aux critères de l'atteinte de la capacité opérationnelle initiale et, ultérieurement, de l'atteinte de la capacité opérationnelle totale.