Destroyer

Les navires de guerre de la classe Iroquois sont des destroyers de défense aérienne de secteur. Ses capacités de communications avancées et ses quartiers plus vastes que la norme en font une plate forme de commandement et de contrôle idéale.

Il a été construit au début des années 1970, mais au début des années 1990, il a été complètement transformé et équipé de systèmes d'armes de défense aérienne ultramodernes, d'un appareil de propulsion amélioré et de systèmes de communications et d'armes de pointe.

À l'instar des nouvelles frégates canadiennes de patrouille de la classe Halifax, l'Algonquin est doté de l'un des systèmes de contrôle du combat intégrés les plus perfectionnés du monde. En temps de paix, les systèmes de pointe du navire peuvent servir à de nombreuses missions, notamment : la recherche et sauvetage, la surveillance des zones de pêche, et les patrouilles de souveraineté.

Les ports d’attache des navires de guerre de la classe Iroquois sont Esquimalt (Colombie-Britannique) sur l’île de Vancouver.

Spécifications:

Déplacement : 5 100 tonnes (pleine charge)

Longeur : 129,8 metres

Largeur : 15,2 metres

Tirant d’eau : 4,7 metres (quille)

Moteurs : 2 lignes d’arbre COGOG: Propulsion principale: 2 turbines a gaz Pratt & Whitney FT4-A2 produisant 50 000 chevaux-vapeur. Moteur de croisiere: 2 turbines a gaz de croisere Allison 570-KF produisant environ 7500 chevaux-vapeur.

 

Les navires de guerre de la classe Iroquois sont:

  • NCMS Iroquois (retiré du service)
  • NCMS Huron (retiré du service)
  • NCSM Athabaskan
  • NCSM Algonquin (retiré du service)