Des marins de la côte Est apprennent à utiliser une nouvelle capacité dans le cours d’opérateur de cibles aériennes télépilotées

Galerie d'images

Nouvelles de l’Atlantique / Le 26 septembre 2018

par Mona Ghiz, FMARA

« Maintenant que des organisations hostiles sont en train d’utiliser les UAS comme arme, il est de première importance que la Marine royale canadienne (MRC) se dote de cette nouvelle capacité », a expliqué le premier maître de 2e classe Ronald Carr, de l’unité de l’entraînement maritime Atlantique – Grands navires de guerre. « Quand elle surveille un trajet, la cible aérienne télépilotée peut reproduire la menace que représente un petit UAS multirotor pour une frégate en mer et permet au personnel du navire d’élaborer une matrice de menaces au moyen des capteurs visuels, optiques et électroniques du navire afin de détecter la menace », a ajouté le PM 2 Carr.

Huit marins des Navires canadiens de Sa Majesté (NCSM) Halifax et Toronto ont participé au cours sur la cible aérienne télépilotée Snyper Mk II qu’avaient offert des formateurs de QinetiQ Target Systems Canada au champ de tir Osborne Head à Cow Bay, en Nouvelle‑Écosse, du 17 au 21 septembre 2018.

« Le but du cours était de permettre aux opérateurs de maîtriser les techniques de pilotage de la cible et de fonctionner de façon indépendante en mer », a déclaré John Leblanc, coordonnateur de programmes à QinetiQ Target Systems Canada. « Le cours comprend deux volets, le premier portant sur la manipulation d’un poste de contrôle au sol et le second, sur la manipulation d’une télécommande portative avec des cartouches d’exercice de tir. Le décollage et l’atterrissage depuis une plateforme mobile, c’est ce qui a été le plus difficile pour les opérateurs. »

Dans le volet portant sur la manipulation de la télécommande portative, un marin pilote la cible aérienne télépilotée pendant que l’opérateur du poste de contrôle au sol lit les données sur l’altitude, la position, la durée du vol, la durée de vie de la pile et les avertissements, ainsi que le rapport des vérifications effectuées avant le vol pour s’assurer de la disponibilité des services et de la sécurité.

Le NCSM Winnipeg a mené à bien l’essai de la cible aérienne télépilotée Snyper Mk II en faisant une démonstration réussie d’un décollage et d’un atterrissage verticaux en novembre 2017, et a formé huit opérateurs en mars 2018. Le NCSM Charlottetown a embarqué la cible aérienne télépilotée en juillet 2018, et avait à bord deux opérateurs qualifiés lors d’un déploiement dans l’Arctique dans le cadre de l’Op NANOOK.

« La MRC est une grande organisation et la rapidité avec laquelle elle a adopté la nouvelle la technologie, de l’étape d’approbation du concept à celle de la formation des opérateurs afin qu’ils soient efficaces et indépendants en mer, en passant par l’étape de mise à l’essai de l’équipement, est vraiment impressionnante », a affirmé M. LeBlanc.

Les NCSM Halifax et Toronto utiliseront la cible aérienne télépilotée pendant leurs prochains déploiements outremer. La capacité de la MRC d’évaluer une menace, de s’adapter et de contrer les menaces que représentent les UAS en mer s’améliorera quand les huit nouveaux opérateurs seront prêts à utiliser la cible aérienne télépilotée à bord.