Redistribution des ressources de la MRC

Point de vue du commandant / Le 20 août 2013

Le point de vue ci-dessous est émis en réaction à une série d’articles et de commentaires publiques formulés par des intervenants du milieu de la Défense au mois d’août 2013 à l’effet que la MRC dervait transférer des navires de guerres de Halifax à Esquimalt.

«  Consciente de l'importance grandissante de la région Asie‑Pacifique pour le Canada, la Marine royale canadienne (MRC) s'engage à tisser des liens ou à resserrer les liens existants avec ses principaux alliés en matière de défense et de sécurité dans cette partie du monde. De fait, la MRC a considérablement augmenté la taille et les capacités de sa flotte du Pacifique depuis les années 1990, en réaction aux changements qui se produisent dans la région.

La MRC s'emploie activement à nouer des relations fortes et durables avec les partenaires de la coalition, en participant aux opérations, aux missions volontaires et aux exercices multinationaux dans la région du Pacifique, comme les exercices Rim of the Pacific (RIMPAC) et WESTPLOY. De telles activités améliorent notre capacité à travailler ensemble dans des circonstances opérationnelles diverses, qu'il s'agisse d'aide humanitaire, de secours à des sinistrés ou d'opérations de combat.

Il n'est pas prévu de transférer de navires de la MRC entre la flotte de l'Atlantique et la flotte du Pacifique. La répartition actuelle des navires répond à nos besoins stratégiques et opérationnels. Comme nous l'avons constaté lors de récents déploiements à l'étranger, le lieu où sont basés nos navires n'entrave pas notre capacité de déployer nos navires au nom du gouvernement du Canada, où il le faut et quand il le faut.

Au cours de la dernière décennie, le gouvernement canadien a envoyé à de nombreuses reprises les Forces armées canadiennes au Moyen‑Orient et dans les Caraïbes, régions qui demeureront vraisemblablement les principales zones d'opération des FC dans les années à venir. Nous pouvons déployer, de l'Atlantique comme du Pacifique, des ressources de la MRC dans n'importe quelle zone maritime d'opérations dans le monde. Des navires basés à Halifax et à Esquimalt ont d'ailleurs été déployés régulièrement dans les régions susmentionnées ces dix dernières années. Nous devrons vraisemblablement faire preuve de la même souplesse en cas d'augmentation de la nécessité d'engagement dans le Pacifique.

Les décisions qui seront prises à l'avenir en ce qui a trait à la répartition ou au transfert entre les régions des navires de la MRC seront fondées sur les exigences stratégiques et opérationnelles, et sur la disponibilité du soutien logistique et des services de maintenance. »

Vice-amiral Mark Norman
Commandant de la MRC